Un obstacle politique au nouveau système à voter

Un obstacle politique au nouveau système à voter

"Cela ne se présente pas bien." Telle est la conclusion tirée par plusieurs sources à propos de l'introduction du nouveau système à voter. Cette fois, le problème n'est pas vraiment de nature technique, mais plutôt politico-budgétaire. La balle est cette fois dans le camp du nouveau gouvernement fédéral. Le précédent gouvernement fédéral avait donné son accord sur une contribution financière de 20 pour cent de la somme totale, soit quelque 8 millions d'euros, pouvait-on lire dans le journal De Tijd du 24 décembre. Le solde serait à mettre au compte de la Flandre et de Bruxelles. Mais à l'époque où l'article avait été écrit, il régnait déjà une certaine confusion à propos de la capacité du gouvernement fédéral à encore ajuster le montant en question.