Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois
05149272016-06-21 12:24:402016-06-21 12:24:40DataNewsPas de parutionNormalArticleActualitéLeVif DataNews

Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois

Le plus puissant superordinateur au monde provient de Chine. Qui plus est, la machine se compose entièrement de puces IT fabriquées dans ce pays. Voilà ce qui ressort du nouveau classement TOP500 récemment publié.

yesKristof Van der Stadt2016-06-21 12:24:58http://datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-le-plus-puissant-au-monde-est-entierement-chinois/article-normal-514927.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-le-plus-puissant-au-monde-est-entierement-chinois/article-normal-514927.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Le superordinateur le plus puissant au monde est entièrement chinois

Le Sunway TaihuLight est le premier superordinateur chinois dépourvu de technologie américaine à trôner tout en haut du classement TOP500. Cette liste est élaborée deux fois par an par des chercheurs de différentes universités américaines. Ce nouveau superordinateur est deux fois plus rapide que le précédent numéro un, le Tianhe-2, qui utilisait des puces IT de l'américaine Intel. Pour la première fois, la Chine compte plus de superordinateurs (167) dans le classement TOP500 que les Etats-Unis (165).

Le Sunway TaihuLight se trouve dans la ville de Wuxi et est exploité pour la création de modèles climatiques. Selon un communiqué posté sur le site www.top500.org, le numéro un entièrement chinois prouve que la Chine n'a pas besoin de la technologie occidentale pour jouer un rôle en vue sur le marché mondial des superordinateurs.

Sur les dix superordinateurs les plus rapides au monde, l'on recense deux chinois et quatre américains. Les autres proviennent du Japon, d'Allemagne, de Suisse et d'Arabie Saoudite. #[Belga]

superordinateur
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide
1228849Si cet ordinateur doit servir notamment à "calculer des modèles climatiques précis", faut-il croire que les modèles climatiques actuels sont imprécis? Il est vrai que toutes les prévisions fondées sur ces modèles ont lamentablement échoué à l'épreuve des observations, ces vingt dernières années.2015-11-19 15:41:12Jean-Luc Léonard4345932015-11-18 14:23:412015-11-18 14:23:42DataNewsPas de parutionNormalArticlePieterjan Van LeemputtenPar Pieterjan Van LeemputtenActualitéLeVif DataNews

La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide

A partir du milieu de l'année prochaine, l'université de Leuven recevra un nouvel superordinateur appartenant aux 150 exemplaires les plus rapides au monde.

yesPieterjan Vanleemputten2015-11-18 14:24:48http://datanews.levif.be/ict/actualite/la-ku-leuven-va-disposer-du-superordinateur-flamand-le-plus-rapide/article-normal-434593.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/la-ku-leuven-va-disposer-du-superordinateur-flamand-le-plus-rapide/article-normal-434593.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
La KU Leuven va disposer du superordinateur flamand le plus rapide

Le prix de cette machine sera de 5,5 millions d'euros. Cet argent proviendra de la fondation Hercules du gouvernement flamand, sous la compétence du ministre Philippe Muyters en charge de la science et de l'innovation.

Pour ce montant, l'université disposera d'une machine offrant une puissance de calcul de 600 TFLOP par seconde. Cela représente 600 billions d'opérations à virgule flottante par seconde. Une opération à virgule flottante est un calcul utilisé pour indiquer la vitesse des ordinateurs. Selon l'université, cela correspond à quelque deux mille PC rapides. La machine sera quatre fois plus véloce que le premier superordinateur flamand acheté, il y a quatre ans, par l'UGent.

La machine est fabriquée par NEC et équipée de processeurs d'Intel. Entre-temps, la mémoire, le réseau interne et la capacité de stockage seront adaptés aux problèmes que le superordinateur devra résoudre. La KU Leuven entend l'utiliser notamment dans la recherche sur de nouvelles sources d'énergie renouvelables, sur de nouveaux matériaux et médicaments, mais aussi pour calculer des modèles climatiques précis.

Le superordinateur Tier 1 sera installé dans le centre de données de la KU Leuven à Heverlee. Sa gestion se fera en collaboration avec le Vlaams Supercomputer Centrum, un accord collaboratif conclu entre les cinq associations universitaires flamandes.

619van-leemputten-pieterjanVan LeemputtenPieterjanreporter/assets/231/avatar_118551.jpgpieterjan.vanleemputten@datanews.behttps://twitter.com/Pieterjanvlhttp://www.linkedin.com/in/pieterjanvl<p>Pieterjan Van Leemputten is redacteur bij Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlKU LeuvenNECsuperordinateur
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde
04059892015-07-16 16:16:062015-07-16 16:16:06DataNewsPas de parutionNormalArticlePieterjan Van LeemputtenPar Pieterjan Van LeemputtenActualitéLeVif DataNews

Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde

Le Commissariat français à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) planche sur un superordinateur économe en énergie. Il doit simplifier le travail et permettre de fabriquer d'ici 2020 un superordinateur pouvant atteindre des exaflops.

yesPieterjan Vanleemputten2015-07-16 16:17:05http://datanews.levif.be/ict/actualite/le-commissariat-francais-a-l-energie-veut-le-superordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-405989.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-commissariat-francais-a-l-energie-veut-le-superordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-405989.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Le Commissariat français à l'énergie veut le superordinateur le plus rapide au monde

Le superordinateur le plus rapide au monde ne s'achète pas d'un simple claquement de doigts. Pour pouvoir construire une telle machine d'ici 2020, le CEA travaille d'ores et déjà avec Bull, la filiale d'Atos, sur le Tera1000. Il s'agit d'une machine dotée d'une capacité de calcul de 25 pétaflops, mais dont la consommation électrique est cinq fois inférieure à celle des superordinateurs précédents d'une capacité identique.

Cette consommation électrique doit encore diminuer si l'on veut pouvoir concevoir un superordinateur plus rapide. D'ici 2017, le prototype d'un superordinateur aussi doté d'une capacité de 25 pétaflops devrait voir le jour. Toutefois, sa consommation électrique devrait être vingt fois moindre que celle des superordinateurs précédents de cette capacité. Il sera à la base d'une nouvelle génération de machines pourvues de capacités exaflops.

Le Tera1000, en cours de développement, viendra remplacer les deux superordinateurs existants à la Direction des applications militaires (DAM) du CEA. La DAM a notamment pour tâche de produire, d'entretenir et de démanteler des ogives nucléaires, mais elle conçoit aussi des réacteurs nucléaires pour sous-marins et porte-avions.

La Chine en tête

Le CEA se fait fort de collaborer essentiellement avec des partenaires européens pour construire, après le Tera1000, le calculateur le plus rapide au monde. Mais le titre de superordinateur le plus rapide change désormais très rapidement de détenteur, avec l'arrivée de modèles plus récents.

Ces derniers temps, cet honneur revient au Tianhe-2 du National Super Computer Center à Guangzhou (Chine), dont la vitesse de pointe théorique est de 54 902,4 téraflops (54,9 pétaflops). La puissance de calcul de la machine n'a plus été égalée depuis la mi-2013.

619van-leemputten-pieterjanVan LeemputtenPieterjanreporter/assets/231/avatar_118551.jpgpieterjan.vanleemputten@datanews.behttps://twitter.com/Pieterjanvlhttp://www.linkedin.com/in/pieterjanvl<p>Pieterjan Van Leemputten is redacteur bij Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlceaAtosbullsuperordinateur
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde
03512372014-11-17 13:26:252014-11-17 13:26:25DataNewsPas de parutionNormalArticlePieterjan Van LeemputtenPar Pieterjan Van LeemputtenActualitéLeVif DataNews

Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde

425 millions de dollars. Tel est le montant du budget que les autorités américaines vont investir dans deux superordinateurs destinés à surpasser ceux de la génération actuelle.

auto2014-11-17 13:26:34http://datanews.levif.be/ict/actualite/les-etats-unis-veulent-construire-l-ordinateur-le-plus-rapide-du-monde/article-normal-351237.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/les-etats-unis-veulent-construire-l-ordinateur-le-plus-rapide-du-monde/article-normal-351237.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Les Etats-Unis veulent construire l'ordinateur le plus rapide du monde

Cet investissement proviendra du ministère de l'énergie. 325 millions de dollars du budget seront consacrés à la construction et au développement de deux systèmes appelés Summit et Sierra. Les cent millions restants seront investis dans FastForward2, un programme d'échelonnage extrême des capacités des superordinateurs.

IBM, Nvidia et Mellanox notamment vont collaborer au projet. L'objectif est d'être cinq à sept fois plus rapide que les superordinateurs américains actuels. Summit et Sierra atteindront ainsi 150 et 100 péta-flops. Par comparaison: le superordinateur le plus véloce actuellement, le chinois Tianhe-2, atteint 55 péta-flops.

Les machines seront exploitées pour de la recherche en matière scientifique et des armes nucléaires.

619van-leemputten-pieterjanVan LeemputtenPieterjanreporter/assets/231/avatar_118551.jpgpieterjan.vanleemputten@datanews.behttps://twitter.com/Pieterjanvlhttp://www.linkedin.com/in/pieterjanvl<p>Pieterjan Van Leemputten is redacteur bij Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlIBMsuperordinateurNvidiamellanox
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage
02925712014-01-03 13:49:302014-09-25 19:37:302014-01-03 13:49:29DataNewsPas de parutionNormalArticleActualitéLeVif DataNews

La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage

La NSA a l'intention de créer un superordinateur capable de déchiffrer pratiquement tous les cryptages des banques, organismes de recherche et gouvernements.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/la-nsa-entend-developper-un-superordinateur-d-espionnage/article-normal-292571.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/la-nsa-entend-developper-un-superordinateur-d-espionnage/article-normal-292571.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
La NSA entend développer un superordinateur d'espionnage

Le service secret américain NSA entend construire un superordinateur permettant de 'craquer' quasiment tous les cryptages des banques, instituts scientifiques et gouvernements. Voilà ce qu'annonce le Washington Post sur son site web. Le journal se base sur des documents d'Edward Snowden, qui d'autre.

Le développement de ce qu'on appelle l'ordinateur quantique cryptologique s'inscrit dans un programme de recherche dans lequel 80 millions de dollars environ (58 millions d'euros) ont été investis. Ce programme a été baptisé "Penetration Hard Targets" (Intrusion dans des cibles très sécurisées).

Le service de renseignements s'est abstenu de tout commentaire à ce propos. (Belga/MI)

espionnageNSAsuperordinateur
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde
02919392013-11-20 11:04:352014-09-25 19:33:172013-11-20 11:04:34DataNewsPas de parutionNormalArticlePieterjan VanleemputtenPar Pieterjan VanleemputtenActualitéLeVif DataNews

La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde

La Chine reconfirme sa position de pays disposant du superordinateur le plus puissant. Le superordinateur européen le plus véloce se classe à la sixième place du classement.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/la-chine-possede-le-superordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-291939.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/la-chine-possede-le-superordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-291939.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
La Chine possède le superordinateur le plus rapide au monde

La Chine reconfirme sa position de pays disposant du superordinateur le plus puissant. Le superordinateur européen le plus véloce se classe à la sixième place du classement.

Le numéro un du classement est le chinois Tianhe-2 capable d'atteindre 33,86 péta-flops par seconde. Cette machine se trouve à l'université spécialisée en technologies défensives et située à Guangzhou. En deuxième position, l'on trouve le Titan atteignant une vitesse de 17,59 péta-flops par seconde. Cette machine, se composant d'un Cray XK7, est installée dans le département américain de l'énergie.

Le numéro trois du classement, un système IBM BlueGene/Q, se trouve lui aussi au département américain de l'énergie, mais sur un autre site. Ce superordinateur datant de 2011 atteint 17,17 péta-flops par seconde. Quant au K de Fujitsu, il se classe quatrième avec 10,51 péta-flops par seconde. Ce superordinateur est installé à Kobe (Japon) dans le RIKEN Advanced Institute for Computational Science.

Le superordinateur le plus rapide d'Europe se trouve en Suisse. Le centre national suisse de 'supercomputing' CSCS de Lugano dispose en effet avec son Piz Daint, un Cray XC30, de l'ordinateur européen le plus véloce avec 6,27 péta-flops par seconde.

Un peu plus bas dans le classement, l'on trouve ce qu'on appelle le Juqeen, à savoir un système IBM BlueGene/Q installé dans le centre de recherche allemand de Jülich. Cet appareil occupe la huitième place, mais IBM et Jülich ont collaboré pour développer une mémoire ultrarapide. Il s'agit de BGAS (Blue Gene Active Storage), une mémoire flash capable de lire et d'écrire à très grande vitesse.

625vanleemputten-pieterjanRédacteur de Data NewsVanleemputtenPieterjanreporter/assets/231/avatar_118557.jpgpieterjan.vanleemputten@datanews.behttps://twitter.com/Pieterjanvlhttp://www.linkedin.com/in/pieterjanvl<p>Pieterjan Vanleemputten est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-vanleemputten-625.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-vanleemputten-625.htmlsuperordinateurTianhe-2juqeenbgas
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
Un support structurel pour les superordinateurs flamands
02889112013-04-29 11:35:152014-09-25 19:11:542013-04-29 11:35:14DataNewsPas de parutionNormalArticlePieterjan Van LeemputtenPar Pieterjan Van LeemputtenActualitéLeVif DataNews

Un support structurel pour les superordinateurs flamands

Un règlement structurel est en préparation pour le Vlaams Supercomputer Centrum (VSC). Voilà ce qu'a décidé le gouvernement flamand.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/un-support-structurel-pour-les-superordinateurs-flamands/article-normal-288911.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/un-support-structurel-pour-les-superordinateurs-flamands/article-normal-288911.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Un support structurel pour les superordinateurs flamands

Sur proposition de la vice-ministre-présidente Ingrid Lieten, le VSC disposera d'une capacité de calcul supérieure pour la recherche et l'innovation. Il y aura ce qu'on appelle un plan de financement courant sur plusieurs années pour le développement d'une capacité de calcul locale et régionale en Flandre.

Le Vlaams Supercomputer Centrum existe depuis 2007 au départ de cinq universités flamandes: Associatie K.U. Leuven, vzw Associatie Universiteit Gent, Universitaire Associatie Brussel, Associatie Universiteit & Hogescholen Antwerpen et Associatie Universiteit-Hogescholen Limburg.

L'objectif de ce consortium est de disposer d'une infrastructure de calcul centrale utilisable pour la recherche. Mais jusqu'à présent, aucun fonds structurel n'avait jamais été prévu par les pouvoirs publics flamands pour le VSC. Cela va désormais changer.

L'approbation définitive succèdera aux recommandations du Serv, du Vlor, du Vrwi et du Conseil d'Etat. Un projet de décret sera introduit auprès du Parlement flamand. (Source: Belga)

619van-leemputten-pieterjanVan LeemputtenPieterjanreporter/assets/231/avatar_118551.jpgpieterjan.vanleemputten@datanews.behttps://twitter.com/Pieterjanvlhttp://www.linkedin.com/in/pieterjanvl<p>Pieterjan Van Leemputten is redacteur bij Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/pieterjan-van-leemputten-619.htmlLietensuperordinateurvsc
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir
02885472013-04-03 10:36:352014-09-25 19:08:332013-04-03 10:36:34DataNewsPas de parutionNormalArticleGuy KindermansPar Guy KindermansActualitéLeVif DataNews

Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir

Le premier superordinateur à avoir atteint le seuil du pétaFLOPS, a été désactivé après cinq années d'utilisation seulement. Exit donc l'IBM 'Roadrunner' du Los Alamos National Laboratory.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-premier-superordinateur-d-1-petaflops-rend-son-dernier-soupir/article-normal-288547.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-premier-superordinateur-d-1-petaflops-rend-son-dernier-soupir/article-normal-288547.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Le premier superordinateur d'1 pétaFLOPS rend son dernier soupir

Le monde des superordinateurs est ultra-compétitif, comme le démontre la rapidité avec laquelle un numéro un dans ce domaine peut rétrograder dans le classement 'Top500' semestriel mondial. Le leader actuel peut en effet d'ici six mois se retrouver en dehors du top dix... Et il pourrait même complètement avoir disparu du classement au bout de quelque temps seulement.

C'est ce triste sort qui est réservé au superordinateur IBM 'Roadrunner' de Los Alamos, qui a été mis hors service après cinq années d'utilisation. Le système exploitait des processeurs AMD Opteron complétés par des puces graphiques spéciales ayant la même architecture que celle de la Sony Playstation 3. Pour chaque noyau des 6.563 processeurs bi-coeur Opteron, l'on trouvait ce genre de puce Cell, le tout réparti dans 288 armoires interconnectées par plus de 90 km de câble à fibre optique. Ce fut précisément grâce à l'utilisation de processeurs graphiques comme accélérateurs de calculs (une première!) que le Roadrunner fut le premier à passer la barrière du pétaFLOPS (un million de milliards d'opérations à virgule flottante par seconde). Roadrunner coûta quelque 121 millions de dollars, et ses tâches sont actuellement assumées par le superordinateur Cielo, qui fournit une puissance de calcul un peu supérieure pour un prix de revient n'atteignant même pas 54 millions de dollars.

Le système Roadrunner a été utilisé pour toute une série d'études comme en matière de comportement de matériaux à nano-fils, de simulations de l'univers, de recherche sur le virus du sida, etc. En outre, Roadrunner a poursuivi la tradition de Los Alamos dans le domaine de la recherche d'armes atomiques et, tout particulièrement, la simulation du fonctionnement de ces armes (de sorte que les Etats-Unis n'ont plus dû tester des bombes bien réelles). Après cet arrêt, plusieurs des composants du Roadrunner pourront encore être quelque temps exploités pour des expérimentations en matière de techniques de compression de la mémoire, mais ensuite, c'en sera bien fini. D'après les rumeurs, tous les composants, y compris les disques durs, seront détruits par une déchiqueteuse. Histoire qu'aucun disque dur contenant encore des résultats puisse un jour apparaître sur e-Bay ou être subtilisé par un collaborateur.

Aujourd'hui, c'est le superordinateur Cray 'Titan' qui domine le Top500. Il repose sur des processeurs Opteron et des puces graphiques Nvidia, représentant conjointement plus de 560.000 coeurs ('cores') et une puissance maximale théorique de quelque 27 pétaFLOPS. Actuellement, l'on étudie des architectures en vue de créer les premiers systèmes exaFLOPS attendus après 2020.

541kindermans-guyRédacteur de Data NewsKindermansGuyreporter/assets/231/avatar_118519.jpg guy.kindermans@datanews.be https://twitter.com/GK_at_DNhttp://www.linkedin.com/pub/guy-kindermans/0/113/145<p>Guy Kindermans est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlIBMsuperordinateurpetaflopsroadrunner
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne
02877972013-02-18 12:30:362014-09-25 19:01:482013-02-18 12:30:35DataNewsPas de parutionNormalArticleLudo SchildermansPar Ludo SchildermansActualitéLeVif DataNews

Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne

Le superordinateur JuQueen du Jülich Supercomputing Centre dans l'état allemand de Nordrhein-Westphalie a été étrenné officiellement la semaine dernière. Le JuQueen est actuellement le superordinateur le plus rapide sur le continent européen.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-le-plus-rapide-en-europe-se-trouve-en-allemagne/article-normal-287797.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-le-plus-rapide-en-europe-se-trouve-en-allemagne/article-normal-287797.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Le superordinateur le plus rapide en Europe se trouve en Allemagne

Le superordinateur JuQueen installé dans la ville allemande de Jülich a été construit par IBM. Les quatre premières armoires du système IBM Blue Gene/Q avaient été mises en place en avril 2012. La prise en main officielle du système basé sur l'architecture IBM Power a eu lieu le 14 février 2013.

Le JuQueen est équipé de 393.216 noyaux de processeur. Il s'agit là du premier superordinateur européen caractérisé par une puissance maximale théorique de plus de 5 péta-flops par seconde (grosso modo l'équivalent de la puissance de 100.000 PC). Le JuQueen se classe à la cinquième place du top 500 des superordinateurs élaboré début novembre 2012. Le superordinateur le plus véloce est le Titan installé dans le centre de recherche du ministère américain de l'énergie d'Oak Ridge. Il atteint 17,59 péta-flops. Le JuQueen se classe aussi en cinquième position de la Green500 List, qui reprend les systèmes les plus économes en énergie.

Le JuQueen est un système scientifique ouvert. Les chercheurs allemands, mais aussi de toute l'Europe auront accès au superordinateur à des fins de recherche et pour des problèmes scientifiques complexes, ce qu'on appelle les Grand Challenges.

451schildermans-ludoSchildermansLudoreporterhttp://datanews.levif.be/ict/auteurs/ludo-schildermans-451.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/ludo-schildermans-451.htmlIBMsuperordinateurJuQueen
Les meilleurs modèles climatologiques donnent les températures les plus élevées
Les meilleurs modèles climatologiques donnent les températures les plus élevées
Les meilleurs modèles climatologiques donnent les températures les plus élevées
Les meilleurs modèles climatologiques donnent les températures les plus élevées
02862132012-11-09 10:42:152014-09-25 18:51:552012-11-09 10:42:14DataNewsPas de parutionNormalArticleGuy KindermansPar Guy KindermansActualitéLeVif DataNews

Les meilleurs modèles climatologiques donnent les températures les plus élevées

Depuis des décennies déjà, les études climatologiques sont l'oeuvre de modèles réalisés sur des superordinateurs et qui vont du plus sombre au (probablement) plus précis.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/les-meilleurs-modeles-climatologiques-donnent-les-temperatures-les-plus-elevees/article-normal-286213.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/les-meilleurs-modeles-climatologiques-donnent-les-temperatures-les-plus-elevees/article-normal-286213.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

Depuis des décennies déjà, les études climatologiques sont l'oeuvre de modèles réalisés sur des superordinateurs et qui vont du plus sombre au (probablement) plus précis.

Les prévisions en matière d'évolutions climatologiques futures sont formulées sur base des résultats fournis par des modèles sur des superordinateurs. Or tant les modèles que les superordinateurs mêmes sont continuellement étoffés et perfectionnés et gagnent en puissance et en précision. Il n'empêche que cela ne résulte pas en des chiffres univoques, mais en une 'fourchette' de valeurs attendues. Il en va de même pour les hausses de température envisagées d'ici la fin de ce siècle. Celles-ci oscillent entre quelque 2 et 4,5 degrés Celsius, ce qui peut se traduire par de grandes différences au niveau des effets (montée du niveau des océans, etc.).

Le National Centre for Atmospheric Research américain, installé à Boulder au Colorado, a comparé 16 de ces top-modèles climatologiques mondiaux pour connaître le degré de précision de leurs prévisions du taux d'humidité relative réellement mesurée dans une partie de l'atmosphère au cours des dernières années. Ce taux d'humidité doit être une mesure permettant de prévoir aussi d'éventuels nuages - des nuages qui réfléchissent la lumière solaire ou pas vraiment, s'ils ne se forment plus à cause d'un air plus sec. De l'article concerné publié dans Science, il apparaît à présent que les modèles donnant les meilleures prévisions prévoient aussi les plus hautes augmentations de température dans la partie supérieure de la fourchette d'ici la fin du siècle. Tout semble indiquer que la température pourrait même grimper de 6 degrés Celsius, alors qu'une hausse de 2 degrés s'avérerait déjà problématique.

Comme toujours, ce genre d'article fait l'objet de pas mal d'objections, dans la mesure où les ensembles de données relatives aux situations atmosphériques (humidité, température) dans de vastes régions de la Terre au moyen de satellites, n'existent pas depuis si longtemps. De plus et au risque de se répéter, les modèles et les superordinateurs deviennent toujours plus perfectionnés et puissants. C'est ainsi qu'il y a trente ans, le modèle climatologique ne tenait compte que de la situation atmosphérique, alors qu'aujourd'hui, l'on y inclut aussi les courants marins, la réduction de la calotte glacière aux pôles, ainsi que les absorptions/émissions de CO2 par les plantes et les animaux.

Par ailleurs, l'article est une fois encore une indication que les choses ne s'arrangent pas pour le climat sur la Terre, qui est pourtant la seule planète de notre système solaire sur laquelle l'homme peut aisément vivre.

541kindermans-guyRédacteur de Data NewsKindermansGuyreporter/assets/231/avatar_118519.jpg guy.kindermans@datanews.be https://twitter.com/GK_at_DNhttp://www.linkedin.com/pub/guy-kindermans/0/113/145<p>Guy Kindermans est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlclimatsuperordinateur
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde
02844252012-06-18 12:18:052014-09-25 18:41:082012-06-18 12:18:04DataNewsPas de parutionNormalArticleStefan GrommenPar Stefan GrommenActualitéLeVif DataNews

Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde

Le superordinateur Sequoia du Lawrence Livermore National Laboratory près de San José est le plus rapide au monde. Pour la première fois depuis novembre 2009, un superordinateur américain se classe de nouveau en tête du 39ème Top 500 des ordinateurs les plus véloces. Sequoia, un système IBM BlueGene/Q, atteint 16 péta-flops par seconde (16.000 trillions de calculs à la seconde) avec 1.572.864 coeurs. Ou comme l'indique IBM pour mettre cette vitesse en perspective: donnez à 84 milliards de personnes une calculette et demandez-leur d'effectuer des calculs pendant 50 ans et vous arriverez à ce que réalise le superordinateur Sequoia en un seul jour. Le Sequoia est aussi l'un des systèmes les plus efficients en consommation d'énergie du Top 500.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-sequoia-americain-l-ordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-284425.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-sequoia-americain-l-ordinateur-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-284425.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
Le 'Sequoia' américain, l'ordinateur le plus rapide au monde

Le superordinateur Sequoia du Lawrence Livermore National Laboratory près de San José est le plus rapide au monde. Pour la première fois depuis novembre 2009, un superordinateur américain se classe de nouveau en tête du 39ème Top 500 des ordinateurs les plus véloces.

Sequoia, un système IBM BlueGene/Q, atteint 16 péta-flops par seconde (16.000 trillions de calculs à la seconde) avec 1.572.864 coeurs. Ou comme l'indique IBM pour mettre cette vitesse en perspective: donnez à 84 milliards de personnes une calculette et demandez-leur d'effectuer des calculs pendant 50 ans et vous arriverez à ce que réalise le superordinateur Sequoia en un seul jour. Le Sequoia est aussi l'un des systèmes les plus efficients en consommation d'énergie du Top 500.

Grâce à cette vitesse, le superordinateur Sequoia détrône le 'K Computer' japonais de Fujitsu de la première place. Ce dernier rétrograde donc au deuxième rang avec 10,51 péta-flops par seconde avec 705.024 coeurs SPARC64. La troisième position est également occupée par un ordinateur IBM BlueGene/Q, le Mira de l'Argonne National Laboratory en Illinois. Il atteint, lui, 8,15 péta-flops par seconde avec 786.432 coeurs.

L'Europe est également présente dans ce Top 500, puisque la quatrième place est occupée par le SuperMUC, un système IBM iDataplex qui vient d'être installé dans le Leibniz Rechenzentrum en Allemagne. Grâce à son système de refroidissement par eau, le SuperMUC consomme 40 pour cent d'énergie en moins qu'un modèle comparable refroidi par air.

L'on trouve encore d'autres superordinateurs européens dans le top 10, à savoir le Fermi (IBM BlueGene/Q) à Cineca, Bologne (7ème position), le JuQUEEN (IBM BlueGene/Q) dans le Forschungszentrum de Juelich (8ème position) et le Curie thin nodes (Bull) de l'agence atomique française CEA (9ème position). Pour sa part, la Chine est présente aux places 5 et 10.

IBM représente 42,6 pour cent des superordinateurs du Top 500, suivi par HP avec 27,6 pour cent. A belle distance, l'on trouve ensuite Cray, Appro, SGI et Bull. L'Amérique possède un peu plus de la moitié (253) des 500 systèmes les plus rapides au monde. L'Asie en compte 121, et l'Europe 107.

543grommen-stefanGrommenStefanreporter/assets/231/avatar_118521.jpgstefan.grommen@datanews.behttps://twitter.com/sgrommenhttp://be.linkedin.com/in/stefangrommen<p>Stefan Grommen est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/stefan-grommen-543.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/stefan-grommen-543.htmlIBMsuperordinateurSequoia
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur
02841132012-05-24 11:28:502014-09-25 18:39:232012-05-24 11:28:49DataNewsPas de parutionNormalArticleOlivier FabesPar Olivier FabesActualitéLeVif DataNews

La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur

2012 sera résolument l'année du HPC (high performance computing) en Belgique. Après le Vlaams Supercomputer Centrum et ses 8.500 coeurs, la Wallonie dégage 4,4 millions d'euros pour un supercalculateur d'une dizaine de milliers de coeurs. Une belle confrontation HP-Bull se profile également.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/la-federation-wallonie-bruxelles-aura-aussi-son-supercalculateur/article-normal-284113.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/la-federation-wallonie-bruxelles-aura-aussi-son-supercalculateur/article-normal-284113.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
La Fédération Wallonie-Bruxelles aura aussi son supercalculateur

2012 sera résolument l'année du HPC (high performance computing) en Belgique. Après le Vlaams Supercomputer Centrum et ses 8.500 coeurs, la Wallonie dégage 4,4 millions d'euros pour un supercalculateur d'une dizaine de milliers de coeurs. Une belle confrontation HP-Bull se profile également.

On en parlait depuis des mois voire des années. C'est chose faite. Le Ministre Jean-Marc Nollet, en charge de la recherche pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, a officialisé la mise à disposition d'un budget de 4,4 millions d'euros sur 3 ans pour la réalisation d'un supercalculateur. Outre l'acquisition, cette enveloppe comprend les frais de personnel d'exploitation et les frais de fonctionnement de l'équipement. La mise en oeuvre et l'exploitation de ce supercalculateur est confiée au Cenaero, le centre de recherches appliquées de Gosselies, spécialisé dans les technologies de simulation (principalement pour l'aéronautique).

Le Cenaero venait précisément d'investir 2 millions d'euros (cofinancés par le fond européen FEDER et la Région wallonne) dans son nouveau propre supercalculateur, d'une puissance de calcul de 40 teraflops et basé sur la technologie de centre de données mobile Mobull de Bull.

Le supercalculateur wallon dont il est question ici, désormais ouvert à l'ensemble des universités et à la communauté scientifique au sud du pays, pourra se baser sur l'infrastructure d'accueil existante du supercalculateur Cenareo mais il ne s'agit pas à proprement parler d'une extension : "Il s'agit d'un nouveau marché public spécifique. Le cahier des charges devrait être publié en septembre," nous explique Serge Bogaerts, responsable de l'IT chez Cenaero. Officiellement, rien ne dit donc que le fournisseur de référence, Bull en l'occurence, sera reconduit.

Du côté des spécifications, "il n'y a pas encore d'objectif fixé en termes de teraflops," mais le communiqué de presse parle d'une "dizaine de milliers d'unités (coeurs) de calcul," soit "la plus grande concentration de ressources de calcul scientifique du sud du pays." Le gouvernement wallon se garde donc bien de revendiquer pour l'heure la première place belge, même si l'équivalent flamand, le Vlaams Supercomputer Centrum, annoncé fin janvier, n'affichera lui "que" 8.500 coeurs. Rappelons que le budget de ce VSC, basé à l'Université de Gand, est de 4,2 millions d'euros (hors frais d'exploitation) et que le contrat a été décroché par HP, ce qui augure d'une belle lutte de prestige avec Bull.

Aussi pour les entreprises Tout l'enjeur de ce supercalculateur wallon dit de Tier 1, qui s'inscrit dans l'initiative européenne PRACE (Partnership for Advanced Computing in Europe), est de ne pas créer de fracture avec les infrastructures de recherche de taille supérieure dites de Tier O (plusieurs dizaines de milliers de coeurs de puissance de calcul), réservée à quelques grands pays dans le monde. "Nos chercheurs, publics comme privés, disposeront désormais d'une étape intermédiaire leur permettant de mettre leurs technologies à l'épreuve d'infrastructures encore plus puissantes à l'échelle européenne," résume Serge Bogaerts.

Une part des ressources de calcul du nouveau supercalculateur sera en effet également mise à disposition d'entreprises dans le cadre de leurs développements de produits et de services innovants.

Le début d'exploitation et de mise à disposition du supercalculateur wallon est prévu pour "la dernière partie de cette année." La mise en production de son alter-égo flamand est prévue pour le 3e trimestre de cette année. "Les travaux d'infrastructure dans notre centre de données (placement des conduites pour le refroidissement et des câbles électriques) ont démarré la semaine dernière. Et l'assemblage du supercalculateur est en cours," nous précise Tom Kuppens, porte-parole du VSC.

571fabes-olivierFabesOlivierreporterhttp://datanews.levif.be/ict/auteurs/olivier-fabes-571.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/olivier-fabes-571.htmlsuperordinateurcenaero
Astron et IBM vont collaborer à un superordinateur vert
Astron et IBM vont collaborer à un superordinateur vert
Astron et IBM vont collaborer à un superordinateur vert
Astron et IBM vont collaborer à un superordinateur vert
02834792012-04-02 11:58:102014-09-25 18:35:492012-04-02 11:58:09DataNewsPas de parutionNormalArticleGuy KindermansPar Guy KindermansActualitéLeVif DataNews

Astron et IBM vont collaborer à un superordinateur vert

L'institut néerlandais Astron et le laboratoire de recherche IBM à Zürich vont développer un superordinateur vert équipé du plus grand radiotélescope au monde à des fins de recherche en radioastronomie.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/astron-et-ibm-vont-collaborer-a-un-superordinateur-vert/article-normal-283479.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/astron-et-ibm-vont-collaborer-a-un-superordinateur-vert/article-normal-283479.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

L'institut néerlandais Astron et le laboratoire de recherche IBM à Zürich vont développer un superordinateur vert équipé du plus grand radiotélescope au monde à des fins de recherche en radioastronomie.

Le 'Nederlands Instituut voor radioastronomie' Astron va collaborer avec le laboratoire de recherche d'IBM à Zürich en vue de mettre au point des systèmes de données capables de supporter le radiotélescope Square Kilometer Array (SKA). Le SKA sera construit à partir de 2016 et se composera en fin de compte d'une base d'une largeur de 5 kilomètres équipée d'antennes radio, mais aussi de groupes d'antennes supplémentaires jusqu'à 3.000 km de distance. "Si l'on considère le trafic internet actuel par jour et si on le multiplie par deux, l'on se rapproche de la quantité de données qui sera collectée quotidiennement par le SKA", explique Harry van Dorenmalen, chairman d'IBM Europe.

La recherche se concentrera sur l'utilisation d'accélérateurs, de toute une série de puces 3D, ainsi que de nouveaux systèmes d'interconnexion optiques et de systèmes de stockage à grande capacité, le tout de manière aussi économe en énergie que possible. Des systèmes de transfert rapide de données seront aussi développés. Pour permettre une telle collaboration, le projet DOME a été lancé entre les deux acteurs. Ce projet est financièrement soutenu par le ministère néerlandais des affaires économiques et par la province de Drenthe. Il a au départ une durée de cinq ans et une valeur de 32,9 millions d'euros.

Au cours des décennies écoulées, Astron a acquis une grande expérience dans le domaine du traitement des données issues de radiotélescopes de type SKA, en l'occurrence des 'radiotélescopes synthétiques'. Ce genre d'appareil forme une image unique très détaillée au moyen de signaux radio captés par un groupe d'antennes. C'est ainsi qu'Astron exploite le grand radiotélescope synthétique de Westerbork, tout en traitant ici aussi des données émanant de LOFAR, un système constitué de centaines d'antennes disséminées dans toute l'Europe.

Le SKA est une initiative de 20 pays. Son quartier général se trouve à Jodrell Bank. Le télescope sera construit entre 2016 et 2020 dans l'hémisphère sud, soit Afrique du Sud, soit en Australie. Conjointement avec l'European Extremely Large Telescope (E-ELT) optique, le SKA représentera une pierre angulaire dans la recherche astronomique future à partir de la surface terrestre. La Belgique participe à l'E-ELT en tant que membre de l'ESO (European Southern Observatory), mais pas au SKA.

541kindermans-guyRédacteur de Data NewsKindermansGuyreporter/assets/231/avatar_118519.jpg guy.kindermans@datanews.be https://twitter.com/GK_at_DNhttp://www.linkedin.com/pub/guy-kindermans/0/113/145<p>Guy Kindermans est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlIBMsuperordinateurastron
HP construira le premier superordinateur flamand
HP construira le premier superordinateur flamand
HP construira le premier superordinateur flamand
HP construira le premier superordinateur flamand
02826292012-01-30 11:41:562014-09-25 18:30:452012-01-30 11:41:55DataNewsPas de parutionNormalArticleKristof Van der StadtPar Kristof Van der StadtActualitéLeVif DataNews

HP construira le premier superordinateur flamand

HP a décroché le contrat portant sur la construction du premier superordinateur flamand. Montant de ce contrat: 4,2 millions d'euros. L'université de Gand, en accord avec le Vlaams Supercomputer Centrum (VSC), a choisi HP pour fabriquer le premier superordinateur flamand. Le cluster constituera le plus puissant système académique de calcul en Flandre. Le système 'high performance computing' (HPC) proposé d'une valeur de 4,2 millions d'euros sera le superordinateur le plus important de notre pays sur base du classement Top 500 établi en novembre 2011.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/hp-construira-le-premier-superordinateur-flamand/article-normal-282629.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/hp-construira-le-premier-superordinateur-flamand/article-normal-282629.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

HP a décroché le contrat portant sur la construction du premier superordinateur flamand. Montant de ce contrat: 4,2 millions d'euros.

L'université de Gand, en accord avec le Vlaams Supercomputer Centrum (VSC), a choisi HP pour fabriquer le premier superordinateur flamand. Le cluster constituera le plus puissant système académique de calcul en Flandre. Le système 'high performance computing' (HPC) proposé d'une valeur de 4,2 millions d'euros sera le superordinateur le plus important de notre pays sur base du classement Top 500 établi en novembre 2011.

Le Vlaamse Supercomputer (superordinateur flamand) sera, comme on le sait, hébergé dans le nouveau bâtiment du centre de données de l'université de Gand. Mais le système pourra être utilisé par tous les chercheurs actifs dans les instituts des Vlaamse Associaties Universiteit-Hogescholen et par les instituts de recherche publics flamands. Il est possible que les entreprises puissent l'exploiter aussi.

155 téraflops Le superordinateur tournant sur le système d'exploitation RedHat offrira une capacité maximale de 155 téraflops (1012 FLoating point OPerations per Second ou opérations en virgule flottante par seconde), ce qui est sensiblement plus que les 90 téraflops, dont il était encore question en 2010. HP a résolument opté pour la technologie Sandy Bridge d'Intel avec un ensemble de 8.500 coeurs ('cores') et FDR Infiniband van Mellanox. HP se chargera également de la partie réseautique et de la gestion du cluster. Le stockage des données spécialisé sera fourni par Data Direct Network (DDN), alors qu'Adaptive Computing prendra le logiciel de 'scheduling' (planification) à son compte. L'infrastructure du centre de données sera confiée à APC (Schneider Electric).

Points d'interrogation à propos du financement Le superordinateur flamand sera mis en production au second semestre de cette année. Son financement sera pris en charge par le gouvernement flamand - Département Economie, Wetenschap & Innovatie (EWI) et par la fondation Hercules. Détail piquant: le financement structurel ultérieur du superordinateur n'est pas encore réglé. Une commission d'accompagnement commune du gouvernement flamand, de la fondation Hercules et de quelques experts étrangers souhaite un financement structurel caractérisée par un trajet de croissance allant de 4 millions d'euros en 2012 à 10,6 millions en 2016.

En mai de l'an dernier, Ingrid Lieten, la ministre flamande de l'innovation compétente en la matière, devrait encore libérer 500.000 euros pour faire face aux moyens de fonctionnement et aux coûts salariaux des huit membres du personnel en charge du superordinateur. Dans une réponse à une question parlementaire, elle avait déclaré à l'époque que l'EWI et la fondation Hercules avaient été chargés de préparer un dossier complet à propos du financement. Pas mal de questions restent aussi en suspens quant au paiement de la facture énergétique finale, un élément important s'il en est pour un superordinateur.

Vous en saurez plus à propos de ce projet et de son pendant wallon le 10 février dans le 3ème numéro de 2012 de Data News.

547van-der-stadt-kristofRédacteur en chef de Data News.Van der StadtKristofreporter/assets/231/avatar_118525.jpgkristof.van.der.stadt@datanews.behttps://twitter.com/kristofvdshttp://www.linkedin.com/in/kristofvanderstadt<Para>Rédacteur en chef de Data News.</Para>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/kristof-van-der-stadt-547.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/kristof-van-der-stadt-547.htmlHPcontratsuperordinateurugent
L'UCL installe 14 Tflops
L'UCL installe 14 Tflops
L'UCL installe 14 Tflops
L'UCL installe 14 Tflops
L'UCL installe 14 Tflops
L'UCL installe 14 Tflops
02826192012-01-30 09:56:282014-09-25 18:30:412012-01-30 09:56:27DataNewsPas de parutionNormalArticleMarc HusquinetPar Marc HusquinetActualitéLeVif DataNews

L'UCL installe 14 Tflops

Afin de remplacer son super-ordinateur lemaître mis en place en 2006, le centre de calcul intensif de l'Université Catholique de Louvain met en place un super-ordinateur à plus de 1.340 coeurs de calcul délivrant 13 Tflops.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/l-ucl-installe-14-tflops/article-normal-282619.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/l-ucl-installe-14-tflops/article-normal-282619.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/
L'UCL installe 14 Tflops

Afin de remplacer son super-ordinateur lemaître mis en place en 2006, le centre de calcul intensif de l'Université Catholique de Louvain met en place un super-ordinateur à plus de 1.340 coeurs de calcul délivrant 13 Tflops.

Si le super-ordinateur lemaître et ses 256 coeurs en Infiniband était à l'époque à la pointe, les besoins en puissance de traitement des chercheurs ont entre-temps sensiblement augmenté. Du coup, sont venus s'ajouter en 2009 l'infrastructure Green à 816 coeurs, puis en 2011 la plate-forme HMEM à 816 coeurs. Et pour l'instant, l'UCL réalise les derniers branchements de son super-ordinateur Lemaitre2 dans le cadre d'un projet FNRS. Un projet qui s'inscrit dans le programme CECI (Consortium des Equipements de Calcul Intensif) qui regroupe les 5 universités francophones (UCL, ULB, FUNDP, UMons et ULg). Ce programme prévoit un investissement sur 5 ans de 1 million EUR par an pour l'achat de gros équipements de calcul intensif.

C'est grâce au CECI que l'UCL vient donc de faire l'acquisition pour 500.000 EUR d'un super-ordinateur HP à 1.344 coeurs en interconnexion Infiniband pour une puissance de 13,6 Tflops et disposant de 4 Go de mémoire par coeur (48 Go par noeud). Une machine qui offre un "rapport performances/watts particulièrement intéressant", note Thomas Keutgen, responsable du CISM (calcul intensif et stockage de masse). Qui insiste sur le fait que cette puissance de calcul s'intégrera dans le réseau CECI qui pourra offrir potentiellement entre 6.000 et 7.000 coeurs début 2013 aux quelque 500 chercheurs francophones. "Le CECI démontre ainsi le bien-fondé de sa mission."

549husquinet-marcRédacteur de Data NewsHusquinetMarcreporter/assets/231/avatar_118527.jpgmarc.husquinet@datanews.behttps://twitter.com/marchusquinethttp://www.linkedin.com/pub/marc-husquinet/7/801/a52<Para>Marc Husquinet est rédacteur de Data News.</Para>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmluclsuperordinateur
Le 'K Computer' demeure (de loin) le plus rapide au monde
Le 'K Computer' demeure (de loin) le plus rapide au monde
Le 'K Computer' demeure (de loin) le plus rapide au monde
Le 'K Computer' demeure (de loin) le plus rapide au monde
02816352011-11-15 12:14:292014-09-25 18:25:062011-11-15 12:14:28DataNewsPas de parutionNormalArticleActualitéLeVif DataNews

Le 'K Computer' demeure (de loin) le plus rapide au monde

Le superordinateur le plus rapide au monde est encore et toujours le japonais 'K Computer'. Voilà ce qui ressort du dernier classement "Top 500".

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-k-computer-demeure-de-loin-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-281635.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-k-computer-demeure-de-loin-le-plus-rapide-au-monde/article-normal-281635.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

Le superordinateur le plus rapide au monde est encore et toujours le japonais 'K Computer'. Voilà ce qui ressort du dernier classement "Top 500".

Le K Computer est aujourd'hui quatre fois plus puissant que son premier poursuivant. L'appareil du fabricant Fujitsu est utilisé dans la ville japonaise de Kobe à des fins de recherche scientifique et est capable d'effectuer 10 billiards de calculs à la seconde (10,51 péta-flops).

Depuis six mois, le K Computer occupe la tête des "calculateurs en péta-flops". A l'institut RIKEN de Kobe, il est exploité dans le cadre de recherches en physique et en chimie. Contrairement à ses... adversaires, il n'utilise pas de puces graphiques, ce qui en fait l'un des systèmes les plus efficients qui soient sur le plan énergétique. Récemment, K avait établi un nouveau record du monde avec 8 péta-flops, mais le voici à présent déjà à plus de 10 péta-flops.

Le dernier classement date de juin, mais il ne présente que peu de changements par rapport au précédent. A la deuxième place, l'on trouve encore et toujours le système chinois "Tianhe-1A" avec 2,57 péta-flops. Les Etats-Unis ont pendant longtemps dominé ce classement, mais ils n'y sont à présent plus représentés que par cinq systèmes. Le plus rapide d'entre eux se classe troisième: il s'agit de l'ordinateur Jaguar du fabricant Cray qui atteint 1,75 péta-flop et est utilisé dans l'Oak Ridge National Laboratory du ministère américain de l'énergie.

Le classement Top 500 est établi deux fois par an par l'International Supercomputing Conference (ISC).

Source: Belga

superordinateurk computer
Le superordinateur 'K' franchit la limite des 10 péta-flops
Le superordinateur 'K' franchit la limite des 10 péta-flops
Le superordinateur 'K' franchit la limite des 10 péta-flops
Le superordinateur 'K' franchit la limite des 10 péta-flops
02814832011-11-03 12:18:242014-09-25 18:24:142011-11-03 12:18:23DataNewsPas de parutionNormalArticleActualitéLeVif DataNews

Le superordinateur 'K' franchit la limite des 10 péta-flops

L'ordinateur japonais K, le plus rapide au monde, a pulvérisé son propre record en franchissant la limite des 10 péta-flops.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-k-franchit-la-limite-des-10-peta-flops/article-normal-281483.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-superordinateur-k-franchit-la-limite-des-10-peta-flops/article-normal-281483.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

L'ordinateur japonais K, le plus rapide au monde, a pulvérisé son propre record en franchissant la limite des 10 péta-flops.

Cet ordinateur a été développé par Fujitsu et a été construit à Kobe, au sein du Riken Advanced Institute for Computational Science. Un flop (floating point operations per second ou opérations à virgule flottante par seconde) est une unité utilisée pour indiquer la puissance de calcul des CPU. Début octobre, l'ordinateur K a atteint 10,51 péta-flops, soit 10,51 millions de milliards d'opérations par seconde.

L'ordinateur K, dans sa phase de configuration définitive, est équipé de 88.128 processeurs de 8 noyaux chacun. En juin, ce superordinateur occupait déjà la première du TOP500, le classement des ordinateurs les plus performants au monde, pour avoir établi le précédent record, sensationnel lui aussi, de 8 péta-flops.

Source: Belga

superordinateurk computer
L'Europe fédère son secteur high-computing
L'Europe fédère son secteur high-computing
L'Europe fédère son secteur high-computing
L'Europe fédère son secteur high-computing
02798672011-06-23 11:20:272014-09-25 18:15:142011-06-23 11:20:26DataNewsPas de parutionNormalArticleMarc HusquinetPar Marc HusquinetActualitéLeVif DataNews

L'Europe fédère son secteur high-computing

Fruit d'un an de travail de la European Technology Plaform (ETP) for High Performance Computing (HPC), le rapport remis à la Commission Européenne est le premier pas concret d'une unification de l'industrie européenne du supercomputing. Avec pour objectif de mieux concurrencer les Etats-Unis et l'Asie.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/l-europe-federe-son-secteur-high-computing/article-normal-279867.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/l-europe-federe-son-secteur-high-computing/article-normal-279867.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

Fruit d'un an de travail de la European Technology Plaform (ETP) for High Performance Computing (HPC), le rapport remis à la Commission Européenne est le premier pas concret d'une unification de l'industrie européenne du supercomputing. Avec pour objectif de mieux concurrencer les Etats-Unis et l'Asie.

Le récent Top 500 des superordinateurs dans le monde ne laisse planer aucun doute: parmi les 10 plus grosses machines de calcul dans le monde, une à peine est européenne, en 9e position (un Bull bullx de 1,2 Pfops en cours d'installation au Commissariat de l'Energie Atomique).

Face à la montée en puissance du Japon et de la Chine, sans parler de l'armada américaine, l'industrie européenne se doit de se structurer davantage. Un souhait formulé notamment par Bull qui ne voudrait pas manquer le train de la technologie exascale dont les premiers ordinateurs pourraient voir le jour d'ici la fin de la décennie (pour mémoire le n° 1 japonais, le K Computer, atteint aujourd'hui 8,16 pétaflops).

Un grand nombre d'acteurs du secteur sont désormais regroupés au sein de l'ETP for High Performance qui vient de remettre à la Commission européenne son 'vision document'. L'objectif est triple: aider à définir les priorités de l'UE en matière de recherche en HPC, définir l'agenda des recherches stratégiques à moyen et long terme, et participer à l'implémentation de cet agenda (notamment au niveau du financement).

A l'occasion de l'International Supercomputing Conférence de Hambourg, l'Europe a annoncé qu'elle présenterait sa stratégie HPC d'ici la fin de l'année. Une stratégie qui s'inscrit dans le sillage de Prace (Partnership for Advanced Computing in Europe) doté d'un budget de près de 500 millions EUR sur 5 ans.

549husquinet-marcRédacteur de Data NewsHusquinetMarcreporter/assets/231/avatar_118527.jpgmarc.husquinet@datanews.behttps://twitter.com/marchusquinethttp://www.linkedin.com/pub/marc-husquinet/7/801/a52<Para>Marc Husquinet est rédacteur de Data News.</Para>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmlsuperordinateurhpc
Le Japon, domine à nouveau le Top500 des superordinateurs
Le Japon, domine à nouveau le Top500 des superordinateurs
Le Japon, domine à nouveau le Top500 des superordinateurs
Le Japon, domine à nouveau le Top500 des superordinateurs
02798292011-06-21 10:53:032014-09-25 18:15:022011-06-21 10:53:02DataNewsPas de parutionNormalArticleGuy KindermansPar Guy KindermansActualitéLeVif DataNews

Le Japon, domine à nouveau le Top500 des superordinateurs

Le tout nouveau Top500 des superordinateurs place à nouveau le Japon en pole position devant la Chine et les Etats-Unis. Pour la première fois depuis 2004, lorsque le NEC Earth Simulator est tombé de son piédestal, voici que le Japon dispose de nouveau du superordinateur le plus puissant au monde. C'est ce qui ressort du Top500 des superordinateurs qui est sorti à la veille de l'événement ISC consacré au 'supercomputing' et organisé à Hambourg en Allemagne. Le top 10 démontre une fois de plus combien le phénomène du supercomputing est international aujourd'hui avec, outre cinq superordinateurs américains, deux chinois (n° 2 et 4), un autre japonais (n° 5) et un français (n° 9).

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/le-japon-domine-a-nouveau-le-top500-des-superordinateurs/article-normal-279829.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/le-japon-domine-a-nouveau-le-top500-des-superordinateurs/article-normal-279829.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

Le tout nouveau Top500 des superordinateurs place à nouveau le Japon en pole position devant la Chine et les Etats-Unis.

Pour la première fois depuis 2004, lorsque le NEC Earth Simulator est tombé de son piédestal, voici que le Japon dispose de nouveau du superordinateur le plus puissant au monde. C'est ce qui ressort du Top500 des superordinateurs qui est sorti à la veille de l'événement ISC consacré au 'supercomputing' et organisé à Hambourg en Allemagne. Le top 10 démontre une fois de plus combien le phénomène du supercomputing est international aujourd'hui avec, outre cinq superordinateurs américains, deux chinois (n° 2 et 4), un autre japonais (n° 5) et un français (n° 9). Ce qui est étonnant, c'est qu'à présent, tous les systèmes du top 10 sont des superordinateurs dotés d'une capacité de calcul exprimée en péta-flop (soit 1015 de calculs à virgule flottante par seconde).

Le gagnant - le K computer du Riken Advanced Institute for Computational Science - offre la capacité sensationnelle de plus de 8 péta-flops, soit plus de trois supérieure à celle du précédent numéro un (aujourd'hui n° 2), le système Tianhe-1A du National Supercomputing Center de Tanjin enChine (d'une capacité de 2,6 péta-flops). Le système nippon a été fourni par Fujitsu et exploite 68.544 processeurs Sparc64 VIIIfx à 8 coeurs, ce qui représente plus de 548.000 coeurs de calcul (quasiment deux fois plus que tout autre système du Top500). Cet ordinateur K est en outre plus puissant que les cinq systèmes suivants ensemble et ce, sans utiliser ni processeurs graphiques, ni accélérateurs. De plus, il serait comparativement l'un des systèmes les plus efficients en énergie, même s'il consomme le plus de courant (9,89 mégawatts).

Les Etats-Unis prennent encore à leur compte plus de moitié des superordinateurs du Top500 avec 256 systèmes (sur 500). L'Europe se classe en deuxième position avec 125 systèmes. L'Asie ferme encore la marche, mais progresse fortement avec 103 systèmes (contre 84 précédemment). Le système 'le plus faible' du Top500 atteint 40,1 Tflops (contre 31,1 Tflops dans le classement précédent).

La Belgique est également représentée dans le Top500 avec deux systèmes classés respectivement aux 444ème et 445ème places. Il s'agit de systèmes fournis par IBM sur base de plus de 8.300 processeurs Xeon E55xx d'Intel sous Linux. La liste ne donne aucune autre indication d'utilisateur ou de domaine d'application, sauf que ces deux systèmes sont opérationnels dans le 'monde financier'.

541kindermans-guyRédacteur de Data NewsKindermansGuyreporter/assets/231/avatar_118519.jpg guy.kindermans@datanews.be https://twitter.com/GK_at_DNhttp://www.linkedin.com/pub/guy-kindermans/0/113/145<p>Guy Kindermans est rédacteur de Data News.</p>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/guy-kindermans-541.htmlsuperordinateurk computer
Bull crée un club d'utilisateurs en supercomputing
Bull crée un club d'utilisateurs en supercomputing
Bull crée un club d'utilisateurs en supercomputing
Bull crée un club d'utilisateurs en supercomputing
02798272011-06-21 10:51:022014-09-25 18:15:012011-06-21 10:51:01DataNewsPas de parutionNormalArticleMarc HusquinetPar Marc HusquinetActualitéLeVif DataNews

Bull crée un club d'utilisateurs en supercomputing

Baptisé BUX, le groupe d'utilisateurs Bull en Extreme Computing a officiellement vu le jour dans le cadre de la conférence ISC (International Supercomputing Conference) qui se tient pour l'instant à Hambourg. Où le superordinateur Tera 100 de Bull a été (à nouveau) sacré n° 1 en Europe.

autohttp://datanews.levif.be/ict/actualite/bull-cree-un-club-d-utilisateurs-en-supercomputing/article-normal-279827.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/actualite/bull-cree-un-club-d-utilisateurs-en-supercomputing/article-normal-279827.htmlhttp://datanews.levif.be/ict/actualite/http://m.datanews.levif.be/ict/actualite/

Baptisé BUX, le groupe d'utilisateurs Bull en Extreme Computing a officiellement vu le jour dans le cadre de la conférence ISC (International Supercomputing Conference) qui se tient pour l'instant à Hambourg. Où le superordinateur Tera 100 de Bull a été (à nouveau) sacré n° 1 en Europe.

La française Bull vient donc de mettre sur pied un groupe indépendant d'utilisateurs, suite à l'accroissement récent du nombre d'utilisateurs souhaitant partager leurs expériences et proposer des idées et initiatives nouvelles, ainsi que de contribuer à maintenir l'offre Bull en position de force dans le domaine de l'extreme computing.

Concrètement, le BUX vise à partager les expériences entre ses membres et Bull, à se faire l'écho des réactions et demandes des utilisateurs, à favoriser les échanges avec les experts HPC de Bull dans le cadre d'événements, et à assurer la veille technologique et la planification des évolutions à long terme.

Plusieurs noms de membres sont d'ores et déjà connus, dont le CEA (Commissariat à l'énergie atomique), le Jülich Research Center allemand, l'université RWTH d'Aix-la-Chapelle, le GENCI (Grand Equipement National de Calcul Intensif) français et le Barcelona Supercomputing Center.

On ajoutera que dans le nouveau classement top 500 des superordinateurs dans le monde, publié également à l'occasion d'ISC 2011, le Tera 100 de Bull installé au CEA remporte, tout comme l'an dernier, le titre de superordinateur le plus puissant en Europe. Avec ses plus de 4.000 serveurs Bullx et sa mémoire principale de 4 To, cette machine délivre 1,05 Pflops.

549husquinet-marcRédacteur de Data NewsHusquinetMarcreporter/assets/231/avatar_118527.jpgmarc.husquinet@datanews.behttps://twitter.com/marchusquinethttp://www.linkedin.com/pub/marc-husquinet/7/801/a52<Para>Marc Husquinet est rédacteur de Data News.</Para>http://datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmlhttp://m.datanews.levif.be/ict/auteurs/marc-husquinet-549.htmlbullsuperordinateurbux