HP gagne le procès Itanium qui l'opposait à Oracle

HP gagne le procès Itanium qui l'opposait à Oracle

Oracle doit continuer à proposer ses produits basés Intel Itanium et ce, jusqu'à ce que HP arrête de vendre ses serveurs pilotés Itanium. HP et Oracle s'affrontaient dans un procès, du fait qu'Oracle avait pris la décision de ne plus développer ses produits basés Itanium. Oracle jugeait en effet que le processeur Intel Itanium et les serveurs pilotés Intanium de HP étaient une affaire terminée. HP reprocha alors à Oracle de ne pas respecter ses obligations contractuelles et lui intenta un procès. C'est dans ce cadre qu'un juge a rendu un jugement en faveur de HP , par lequel il affirme qu'Oracle n'a en effet pas respecté ses obligations contractuelles. Selon le juge, il n'appartient pas à Oracle de décider si elle continue de supporter ou non les serveurs HP Itanium, eu égard aux accords passés.

Oracle ne recevra aucune information sur l'Itanium

Oracle ne recevra aucune information sur l'Itanium

Intel ne devra pas fournir de renseignements sur ses projets concernant le processeur Itanium. Oracle voulait obtenir davantage d'informations à ce propos, suite à un procès que HP avait intenté à Oracle, du fait que l'entreprise du CEO Larry Ellison ne développe pas de nouveaux logiciels pour l'Itanium.

Le litige Itanium opposant HP à Oracle devant le juge

Le litige Itanium opposant HP à Oracle devant le juge

Après avoir utilisé un ton menaçant, la semaine dernière, voici à présent que HP traîne son concurrent Oracle au tribunal. Le géant IT reproche à Oracle de ne pas respecter des accords contractuels, puisque l'entreprise d'Ellison a interrompu son support logiciel des serveurs Itanium. Les chamailleries à propos d'Itanium durent depuis le début du printemps déjà, lorsqu'Oracle annonça son souhait de ne plus développer de software pour les serveurs Itanium de HP et Intel. Selon le commentaire officiel d'Oracle, l'entreprise estimait qu'Intel et HP allaient considérer les puces Itanium comme une affaire terminale eu égard à la forte percée du processeur Xeon. Mais cet avis avait été à plusieurs reprises démenti par les deux sociétés.