Surfer sur la vague de l'IT verte

24/10/08 à 09:00 - Mise à jour à 08:59

Source: Datanews

Wilfried Baeten et ses collègues, Kris Van Opstaele et Erik De Nert, ont opté délibérément, lors de la fondation de Centix, pour une niche dans la consultance IT.

Wilfried Baeten et ses collègues, Kris Van Opstaele et Erik De Nert, ont opté délibérément, lors de la fondation de Centix, pour une niche dans la consultance IT.

Et il faut le reconnaître: avec l'autocollant Green IT sur votre porte-documents, cela peut difficilement échouer dans leur secteur, aujourd'hui. Pour ce trio, il ne s'agit pas simplement de surfer sur la vague de l'IT verte, mais plutôt d'un choix logique vu leurs compétences. "Nous nous occupions déjà beaucoup de technologies VMware et Citrix, explique l'administrateur délégué Baeten. Nous nous connaissons en effet de chez Porthus (fournisseur de solutions IT 'à la demande', NDLR). Lorsque nous en sommes partis en 2006, nous sommes restés en contact afin de lancer Centix au terme de la clause de non-concurrence."

Pour Centrix, les priorités vont à la 'sensibilisation' au Green IT, à la virtualisation et à la centralisation de l'ICT, l'ambition étant de devenir un 'centre de compétence'. "Bien que nous puissions aussi être appelés à établir une analyse financière - donc plutôt stratégique - d'un projet IT, nous avons surtout un profil d'architecte", déclare Baeten, qui cible donc surtout VMware Citrix.

Malgré le fait que Centix ait démarré sans mission concrète, Baeten affirme que la société a vite été lancée. "D'autant plus que 3 jours après notre fondation, nous étions déjà Citrix Gold Partner, l'une des rares sociétés en Belgique. Ce qui nous a ouvert certaines missions. Mais les premiers mois, nous avons aussi obtenu quelques beaux contrats tout simplement par 'cold calling'. Les contrats affluent à présent." Adecco, Aleris et la Vlaamse Milieumaatschappij font partie de nos clients importants. Centix collabore sur certains projets avec des intégrateurs de systèmes comme Getronics, MSP-Cegeka ou Econocom, mais entre aussi souvent en concurrence directe avec des RealDolmen, Systemat ou AtosOrigin.

Centix a été entièrement financée sur fonds propres. "Et pour le moment, nous sommes pas non plus à la recherche d'argent. Nous nous développons en même temps que notre cashflow. Et nous faisons nos propres choix, sans actionnaires extérieurs." La firme enregistre déjà un chiffre d'affaires de quelque 500.000 EUR, compte 6 personnes et reste bénéficiaire. Baeten espère occuper 11 personnes à fin de l'année prochaine. "Pour arriver en fin de compte aux alentours de 30 à 40 personnes. Mais d'ici là, pour continuer à nous développer, nous devrons probablement avoir trouvé une niche supplémentaire."

Nom: CentixSiège: KruishoutemFondation: 2007Nombre de personnes: 6 (objectif: 11 d'ici fin 2009)Investissements et/ou subsides: fonds propres

Nos partenaires