Big Boy Systems capte le vécu humain sur caméra

15/01/18 à 07:58 - Mise à jour à 07:58

Vous rappelez-vous du film 'Strange Days' ou de divers épisodes de 'Black Mirror', dans lesquels la nouvelle technologie permet à l'homme de ressentir les actions et les sensations de tiers? Eh bien cette vision futuriste semble entre-temps se rapprocher davantage de nous et ce, même si la caméra 3D Third-I de l'entreprise wallonne Big Boy Systems est destinée à des applications médicales plutôt qu'à ressusciter après un accident mortel ou un crime crapuleux.

Big Boy Systems capte le vécu humain sur caméra

© DataNews

Tout débuta de manière sonore. Samuel Meirlaen travailla comme ingénieur du son avec la technologie 'binaurale' qui permet d'entendre les bruits exactement comme ils arrivent aux oreilles de quelqu'un d'autre. 'Nous avons alors commencé à réfléchir à une façon de capter l'image d'une manière similaire, afin que vous voyez exactement ce que quelqu'un d'autre a vu.'

Conjointement avec ses associés, Meirlaen se mit au travail. Ils réunirent l'argent nécessaire à la création d'une SPRL, puis consacrèrent leur temps à concevoir un premier prototype. Ils démontèrent des caméras, en modifièrent les modules électroniques pour en arriver finalement à Third-I, une caméra que l'on porte sur le front et qui filme tout en images 3D et en sonorité surround à 360°, avec le son binaural en guise de cerise sur le gâteau. "L'on obtient ainsi l'image la plus immersive qui soit. C'est comme si vous l'aviez vécu vous-même. Le résultat de ce genre d'enregistrement Third-I peut être reproduit sur n'importe quel appareil, mais est surtout destiné aux visionneuses virtuelles telles l'Oculus Rift."

"Le modèle commercial est double", explique Meirlaen. "A terme, la caméra sera vendue dans le commerce, mais nous fonctionnerons aussi en tant que service. Provisoirement, il n'existe en effet que quatre prototypes de la Third-I. Nous ne voulions pas encore les commercialiser, mais en collaboration avec des partenaires, nous avons lancé une maison de production qui réalise des films en 3D à la demande. Nous avons ainsi déjà travaillé pour les festivals Les Ardentes et de Dour, mais aussi pour France Télévision, l'ULG, l'UCL, la clinique Saint-Luc, etc."

Opérer au départ de la perspective du chirurgien

Le théâtre et les festivals ne sont pourtant pas le premier groupe-cible de Big Boy Systems. Meirlaen pense en effet d'abord au monde médical, où l'on doit pouvoir non seulement opérer à distance, mais la technologie s'avèrera aussi et surtout très intéressante pour des formations dans le but de pouvoir, lors d'une opération, suivre tout ce qui se fait au départ de la perspective du docteur-professeur, exactement comme si vous vous occupiez vous-même de cette subtile motricité humaine.

Telle est donc la prochaine étape à franchir pour Big Boy Systems: développer le prototype pour en faire une caméra prête pour ce genre d'applications médicales. "Cela devrait pouvoir se faire dans les six mois à venir", selon le fondateur. "Un certain nombre de précommandes ont déjà été passées, et nous collaborons à présent avec plusieurs consultants en électronique pour finaliser l'ensemble du design et du concept. D'ici 2019, nous voulons en arriver à proposer aussi une version grand public."

Après les faibles coûts de démarrage, il faut à présent trouver de l'argent supplémentaire. "Nous sommes sur le point d'obtenir 100.000 euros de l'organisation cinématographique Wallimage et de LinkSquare, avec qui nous pourrons ces prochains mois peaufiner notre prototype. Nous envisageons ensuite une nouvelle phase de capitalisation en vue de poursuivre notre croissance car si nous n'avons provisoirement que des contacts en France et en Allemagne, il n'y a aucune raison que notre produit ne puisse pas être utilisé dans le monde entier."

Reste encore à savoir d'où vient ce drôle de nom de l'entreprise. Meirlaen sourit: "C'est précisément dû au fait que nous avons quelque chose de plaisant à offrir. L'idée de la Third-I m'est venue, lorsque je parcourais l'Australie, sac au dos. C'est un pays où les entreprises portent assez souvent des noms attirants ou amusants, et je ne voulais pas moi non plus me prendre trop au sérieux. J'ai donc proposé Big Boy Systems, et tout le monde fut directement d'accord."

Big Boy Systems

Siège social: Wavre

Nombre d'associés: 3

A la recherche de capital supplémentaire?: Oui

Site web: www.bigboysystems.com

Nos partenaires