10,5 millions de dollars pour le tricorder médical de Walter De Brouwer

13/11/13 à 13:18 - Mise à jour à 13:18

Source: Datanews

L'Alostois Walter De Brouwer, émigré aux Etats-Unis, a récolté 10,5 millions de dollars pour ses petits appareils qui transforment un smartphone en un... médecin de famille.

10,5 millions de dollars pour le tricorder médical de Walter De Brouwer

L'Alostois Walter De Brouwer, émigré aux Etats-Unis, a récolté 10,5 millions de dollars pour ses petits appareils qui transforment un smartphone en un... médecin de famille. Scanadu, la petite entreprise américaine de De Brouwer, avait assez récemment encore recueilli déjà 1,6 million de dollars via la plate-forme de crowdfunding (financement participatif) Indiegogo. Voici à présent qu'une nouvelle phase de capitalisation lui rapporte 10,5 millions de dollars (7,8 millions d'euros) supplémentaires, notamment de la part du fondateur de Yahoo! Jerry Yang, du CEO de Zappos Tony Hsieh et du capital-risqueur Relay Ventures.

Avec Scanadu, De Brouwer entend lancer sur le marché de petits appareils de soins: le Scout et le Flo. Le 'Scout' est un mini-scanner (comme le tricorder de Star Trek) qu'il faut tenir dix secondes durant contre la tempe pour connaître sa température, son pouls et sa pression artérielle. Cet appareil est très en vogue aux Etats-Unis.

Quant au 'Flo', il fait du smartphone un appareil d'analyse de l'urine, ce qui permet à une femme de savoir si elle est enceinte ou au diabétique de connaître ses valeurs en sucre. Toutes ces données sont ensuite transférées vers une appli sur le smarphone, et la personne reçoit alors aussitôt des conseils médicaux.

Le Scanadu Flo serait lancé en 2014 déjà sur le marché, alors que pour le Scout, il faudra encore attendre jusqu'en 2015. Ce dernier serait vendu 199 dollars (150 euros), mais doit encore être approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

De Brouwer, qui créa dans une précédente vie le fournisseur internet belge PING, mais aussi le site d'offres d'emploi Jobscape, a eu l'idée de ces petits appareils médicaux intelligents, lorsque son fils fut forcé en 2005 de passer des mois en clinique, et qu'il se sentait 'démuni' et 'dépendant des médecins qu'il ne voyait jamais'.

En savoir plus sur:

Nos partenaires