sCool, le Facebook flamand pour enfants dans les starting-blocks

19/06/15 à 13:19 - Mise à jour à 13:20

Source: Datanews

La start-up anversoise The Learnscape a mis au point sous le nom sCool une version 'éducative' de Facebook. L'ambition est de permettre aux tout jeunes d'apprendre par le jeu à se familiariser avec le chat, le partage de contenu et les forums en ligne.

sCool, le Facebook flamand pour enfants dans les starting-blocks

© sCool

"Une plate-forme d'apprentissage social." C'est en ces termes que Katja Schipperheijn, conceptrice de sCool, décrit cet environnement en ligne permettant aux enfants de 5 à 12 ans de chatter et de partager du contenue en toute sécurité. L'idée lui est venue lorsque ses filles de 8 et 10 ans lui ont demandé de pouvoir aller sur Facebook, ce à quoi elle a répondu par un 'non' catégorique avant de se voir défier par sa progéniture d'imaginer une meilleure solution.

"J'étais déjà occupée depuis un certain temps sur des plates-formes d'apprentissage en ligne pour adultes. Dès lors, le pas à franchir n'était pas insurmontable", estime l'Anversoise qui a suscité l'engouement au cours de la dernière édition de TheNextWeb à Amsterdam et tente désormais de convaincre les écoles de déployer son projet.

La plate-forme sCool est bâtie sur l'environnement intranet populaire de la canadienne Igloo Software (qui se veut une alternative à Sharepoint). "J'ai toutefois construit moi-même le template et c'est ce template que nous proposons, le tout associé à plusieurs widgets et intégrations", précise-t-elle.

Mais que peuvent faire les enfants avec sCool ? Pour l'instant, 5 applications sont proposées. "Ils apprennent à développer leur sociabilité, à poster des messages et à créer des petits films, explique encore la conceptrice. Par ailleurs, les jeunes ont accès à un calendrier numérique, à des wikis et à un cartable numérique. Avec ce cartable, ils peuvent charger directement leurs devoirs sur la plate-forme pour pouvoir les ouvrir ensuite en classe et les faire vérifier par l'enseignant." De même, l'aspect sécuritaire n'est pas oublié. Ainsi, les enfants apprennent à savoir pourquoi ils doivent poster une photo de profil de qualité et comment choisir un mot de passe sécurisé.

Volumes

Le prix de la plate-forme sCool (qui tourne totalement dans le cloud) est fixé à 1,75 ¤ par enfant et par mois. Aucun coût supplémentaire n'est à prévoir. "Qu'il s'agisse de nouveaux jeux ou de mises à jour : tout ce qui sera ajouté par la suite reste gratuit, insiste-t-elle. Et les données restent également la propriété de l'école. Les responsables peuvent retirer tout le contenu lorsqu'ils le souhaitent."

"Pour l'instant, je regarde avec la communauté éducative flamande s'il ne serait pas possible de développer un seul et même template pour les 93 écoles concernées. D'autant que plus les volumes sont importants, plus le prix sera bas."

Reste évidemment à voir si les enfants de l'enseignement primaire doivent encore être familiarisés avec les médias sociaux. Ne sont-ils en effet pas déjà toutes et tous sur Facebook ? "S'ils ont 12 ans, sans doute, admet Schipperheijn. Mais être sur Facebook est loin d'être aussi sûr que sur sCool. De plus, ce réseau n'a pas non plus de cartable numérique, ni d'agenda numérique. Et les enfants connaissent-ils vraiment les dangers de Facebook ? Chez beaucoup d'entre eux, le profil est totalement ouvert. Et lorsqu'ils utilisent Instagram, leur position est indiquée. Ils utilisent certes ces outils, mais ne se rendent pas compte des conséquences de leurs actes. Il n'est certainement pas mauvais de les sensibiliser."

Entre-temps, The Learnscape est en phase de test au Sint-Lutgardis à Anvers et des négociations sont en cours avec la ville pour introduite la plate-forme progressivement dans d'autres écoles. "Je voudrais en arriver à 40.000 élèves. Si un important groupement d'écoles signe, la pompe sera amorcée. (rires)."

En savoir plus sur:

Nos partenaires