Ada Sekirin
Ada Sekirin
Ada Sekirin est vice-présidente Benelux, Allemagne et Europe de l'Est chez Business & Decision. Elle est élue par Data News 'ICT Woman of the Year'.
Opinion

18/12/13 à 13:15 - Mise à jour à 13:15

My Digital Future, prolongé pour cause de succès

Bien que l'économie ne soit pas à la fête ces derniers temps, le secteur informatique demeure un des rares marchés ayant un énorme potentiel de croissance. Tout est devenu numérique, et d'après Gartner chaque budget est un budget informatique. Voilà pourquoi il est plus important que jamais que les jeunes choisissent ce secteur. Avec le projet My Digital Future, nous espérons y avoir déjà un peu contribué. Et nous allons continuer à le faire.

Le manque d'informaticiens reste un problème aigu en Belgique. Bien que l'économie ne soit pas à la fête ces derniers temps, le secteur informatique demeure un des rares marchés ayant un énorme potentiel de croissance. Tout est devenu numérique, et d'après Gartner chaque budget est un budget informatique. Voilà pourquoi il est plus important que jamais que les jeunes choisissent ce secteur. Avec le projet My Digital Future, nous espérons y avoir déjà un peu contribué. Et nous allons continuer à le faire.

Lors des dernières vacances d'automne, quelques volontaires de la sociétéBusiness & Decision et moi-même avons convié 25 étudiants motivés de l'enseignement secondaire bruxellois à trois ateliers différents sur le numérique. Nous leur avons appris à monter un site web avec WordPress, à créer une application mobile à l'aide de MobiOne et leur avons transmis les bases de la programmation grâce au langage de programmation Scratch, spécialement conçu pour les jeunes. Ces ateliers se sont déroulés à l'Institut Notre-Dame et ont rencontré un vif succès. Tous les PC disponibles ont été utilisés et les jeunes se sont lancés dans les tâches que nous leur avons confiées avec beaucoup d'enthousiasme et de persévérance.

L'idée de départ de My Digital Future, c'est que nous cherchons à encourager les jeunes immigrés à opter pour une carrière dans le secteur numérique en suivant des études d'informatique et, éventuellement, à lancer leur propre entreprise, comme je l'ai fait dans le temps. Je persiste à croire que le travail est la meilleure manière de trouver sa place dans la société et de bien s'intégrer. Nous avons recruté les participants à ces ateliers avant l'été, lorsque j'ai visité diverses écoles avec un pourcentage élevé d'immigrés et leur ai raconté l'histoire de My Digital Future et de ma propre carrière. Le message a clairement porté. Mon seul regret, c'est que les filles furent très minoritaires (3 sur 25).

Les ateliers ont été organisés par des collaborateurs de Business & Decision, qui ont consacré beaucoup de leur temps libre à les préparer. Nos consultants ont été assaillis de questions de la part des jeunes sur les conditions de travail dans le secteur informatique, les études les plus indiquées à suivre et les opportunités d'emploi. De ce point de vue, notre mission visant à rendre le travail d'informaticien plus attractif a été couronnée de succès. Ce qui a le plus surpris mes collaborateurs, c'est la vitesse à laquelle ces "digital natives" ont assimilé leurs instructions. N'hésitez pas à visionner le compte rendu vidéo que nous avons réalisé sur les ateliers ; la passion des jeunes est contagieuse.

L'enthousiasme des jeunes participants m'a convaincue de poursuivre l'aventure My Digital Future. Mais pour cela il faut développer le programme et lui donner une structure fixe.

Nous avons posé un défi à tous les participants : montez un projet avec les connaissances que qu'ils ont acquises lors des ateliers, avec l'assistance des coach bénévoles. . Nous soutenons également les jeunes de façon matérielle et avec des licences logicielles. En avril, les projets seront présentés au jury et la proposition la plus prometteuse recevra un prix en espèces. Par ailleurs, nous voulons récompenser les jeunes qui choisiront effectivement des études informatiques en leur proposant un stage rémunéré de six mois après leurs études.

Bien évidemment, je ne peux pas faire tout cela toute seule, malgré l'aide des volontaires de Business & Decision. Une série de dirigeants d'entreprise m'ont déjà confié qu'ils veulent soutenir cette action et proposer aux jeunes un stage rémunéré dans leur entreprise s'ils réussissent leurs études informatiques. Nous allons renforcer dans les prochains mois ce réseau d'entreprises qui soutiennent My Digital Future. Ensemble, nous allons atteindre un double objectif : aider à résorber le déficit d'informaticiens et offrir plus de chances d'intégration dans notre société aux immigrés et à leurs enfants.

Nos partenaires