Les startups: "Nous voulons des mesures ayant un impact financier immédiat"

24/08/15 à 13:15 - Mise à jour à 13:49

Source: Datanews

Interrogés sur ce qu'ils considèrent comme les principales propositions du Startupmanifesto belge, la plupart de nos starters optent clairement pour les mesures ayant un impact économique direct. Voilà ce qui ressort d'une enquête réalisée par Survey Anyplace.

Les startups: "Nous voulons des mesures ayant un impact financier immédiat"

© bestartupmanifesto

Survey Anyplace a sondé 95 startups à propos de ce qu'elles pensaient du Startupmanifesto belge, ce fameux document contenant des propositions concrètes en vue de créer un climat plus favorable aux startups dans notre pays, qui a été remis il y a quelques mois au Ministre en charge de l'Agenda Numérique, Alexander De Croo (Open VLD).

"Comme l'on pouvait s'y attendre, une majorité claire juge essentielles les mesures ayant un impact économique immédiat, comme le tax shelter (réduction fiscale) pour les startups (62 pour cent), les incitants fiscaux lors de l'engagement de personnel (57 pour cent) et l'absence ou l'abattement de frais sociaux aussi longtemps qu'il n'y a pas de revenus (43 pour cent)", explique Stefan Debois, CEO de Survey Anyplace.

"D'autres éléments qui sont jugés moins intéressants par nos starters, tels l'introduction des signatures numériques (2 pour cent) ou la création d'une 'Digital Health Valley' (5 pour cent) obtiennent un score nettement moins favorable et sont considérés comme plus négligeables."

Ce qui ressort également de l'enquête, c'est que de nombreux starters ne savent pas bien à quels subsides ils ont droit, et ne voient plus la forêt à travers les arbres. "Il y a de nombreuses bonnes mesures", suggère le CEO. "Mais il faut être un véritable spécialiste pour s'y retrouver."

Les starters font en outre part de remarques à propos d'initiatives comme le tax shelter. "Pour soutenir les jeunes starters, il serait préférable de laisser tomber les cotisations ONSS ou les coûts de création", indique l'un des participants à l'enquête. "Le gouvernement pourrait aussi stimuler les entreprises qui achètent chez les starters", prétend un autre.

Autre point étonnant: pour 79 pour cent des startups, le financement participatif (crowdfunding) ne constitue pas le meilleur choix pour les petites entreprises qui veulent croître rapidement. "L'on peut surtout en déduire que le crowdfunding n'est pas directement ce qui vient en tête de nos starters", conclut Debois, qui ajoute encore que le fait que la scène des startups défraie si souvent la chronique, est considéré comme très positif.

"A présent que les startups font l'objet de tant d'attention en Belgique, les grandes entreprises sont quand même plus rapidement enclines à s'associer avec elles", apprend-on encore. "Il s'agit d'une évolution très positive. Lorsque vous avez conquis une petite place auprès d'un des nombreux incubateurs, vous êtes d'autant plus favorisé car l'on vous prend alors nettement plus au sérieux."

Nos partenaires