Luc Blyaert
Luc Blyaert
était rédacteur en chef de Data News
Opinion

14/03/13 à 13:58 - Mise à jour à 13:58

Les chevaux de Troie

Chaque jour, nous sommes bombardés de rapports et d'enquêtes sur la sécurité, le piratage, les fuites de données, l'abus de mots de passe et autres escroqueries. Selon le CERT, 6 Belges sur 10 auraient été touchés l'an dernier par la cybercriminalité, un terme qui laisse sous-entendre que des Jedi lourdement armés partent en croisade contre les forces du mal.

Les chevaux de Troie

Chaque jour, nous sommes bombardés de rapports et d'enquêtes sur la sécurité, le piratage, les fuites de données, l'abus de mots de passe et autres escroqueries. Selon le CERT, 6 Belges sur 10 auraient été touchés l'an dernier par la cybercriminalité, un terme qui laisse sous-entendre que des Jedi lourdement armés partent en croisade contre les forces du mal.

Dans le même temps, nous trouvons normal que notre smartphone/tablette puisse se synchroniser à tout moment avec le serveur de l'entreprise, que nous recevions la dernière mise à jour d'un logiciel amusant via iTunes, Twitter, Facebook ou tout autre média dont nous ne connaissons pas bien l'origine. Nous acceptons sans sourciller que des adaptations soient effectuées sans en avoir lu les conditions. Nous avons perdu délibérément perdu tout contrôle.

Nous trouvons normal que nos données soient stockées dans le cloud par Google ou Amazon, sans en avoir jamais vu le moindre collaborateur sinon le patron dans le classement Fortune des personnes les plus riches du monde. Qui a déjà pu pénétrer dans le datacenter de Google à Saint-Ghislain? Même le Roi n'a pas pu y entrer. Un membre du gouvernement belge s'est-il déjà invité dans le jardin du Premier Ministre? Le CERT est-il déjà entre dans ce Fort Knox de l'informatique? Nous ne savons pas le type de sécurité et les règles de vie privée qui sont appliquées. Des audits n'y sont que rarement, voire jamais, menés.

La confiance semble la seule option. Mais devons-nous accepter tous ces chevaux de Troie sans broncher? Ne faut-il pas imposer des règles aux fournisseurs cloud? Les prestataires de services sauront demain ce que nous faisons, qui nous rencontrons, ce que nous achetons et comment nous payons, etc. La sécurité de ces données doit être leur priorité première. D'où l'importance de ces rapports et enquêtes.

Nos partenaires