Le 'matchmaker' belge Sortlist recueille 550.000 euros

12/02/15 à 10:42 - Mise à jour à 10:42

Source: Datanews

La startup belge Sortlist a récolté 550.000 euros. La plate-forme web met les marketing managers en contact avec l'agence de communication répondant à leurs besoins. Grâce à ce financement, Sortlist pourra poursuivre sa croissance rapide.

Le 'matchmaker' belge Sortlist recueille 550.000 euros

© web

Actuellement, 53.000 agences de communication dans le monde sont déjà présentes sur la plate-forme et ce, malgré le fait que la startup n'était jusqu'il y a peu pas encore bien connue. Dans les prochains mois, Sortlist entend effectuer ses premiers pas à l'étranger, la France et la Grande-Bretagne étant ses priorités.

Sortlist a vu le jour grâce au soutien du programme accélérateur Nest-up et a été fondée par quatre Belges: Thibaut Vanderhofstadt, Charles De Groote, Nicolas Finet et Michael Valette. La plate-forme est une réponse au besoin de plus de transparence sur le marché des agences de communication.

"Il existe une foule d'agences de communication sur le marché, et il est donc très malaisé pour les entreprises de trouver l'équipe qui convient le mieux à leurs ambitions, besoins et budget", déclare Nicolas Finet, l'un des fondateurs de Sortlist.

"La recherche de l'agence idéale prend tellement de temps et coûte si cher que les entreprises admettent devoir parfois se contenter d'une équipe qui ne satisfait pas entièrement à ce qu'elles veulent."

Sortlist résout ce problème avec une 'plate-forme de matchmaking' en ligne qui contient les données des agences de communication du monde entier. Ces données, les agences peuvent les placer gratuitement sur Sortlist. En outre, il existe aussi un compte premium qui met les agences davantage en évidence et offre un accès à divers services complémentaires.

Les entreprises peuvent effectuer des recherches gratuites sur Sortlist, où elles sont à même de comparer les agences de communication sur base d'un certain nombre de critères (emplacement, budget moyen, recommandations, etc.) et vérifier aussi comment l'agence se comporte vis-à-vis du réseau existant de l'entreprise (via une connexion avec LinkedIn). En outre, les responsables marketing peuvent également trouver des critiques émises sur l'agence concernée.

"Nous donnons plus de visibilité aux agences et nous aidons les entreprises à trouver rapidement une 'parfaite correspondance' sur base d'une grande quantité de données que nous mettons à leur disposition", ajoute Finet. "C'est une solution où les deux parties sont gagnantes. Les responsables marketing perdent souvent beaucoup de temps à rechercher l'agence adéquate, alors qu'ils préféreraient créer un impact sur l'entreprise le plus rapidement possible."

Economie de réputation: vers un nouveau modèle

Les entreprises qui recherchent une agence de communication, ont deux souhaits contradictoires: d'une part, elles veulent être les premières à trouver des agences créatives. D'autre part, elles veulent travailler avec une agence dont elles peuvent contrôler la réputation dans leur réseau.

"Aujourd'hui, ces deux exigences sont difficilement conciliables", suggère Finet. "Dans votre réseau existant, vous trouverez des choix 'sûrs', mais vous ne ferez pas de découvertes étonnantes. Sur les moteurs de recherche, l'on trouve certes des milliers de résultats, mais qui ne donnent aucun contexte et n'offrent pas de garantie quant aux prestations de l'agence. Sur Sortlist, nous concilions le désir de découvertes avec les garanties de votre propre réseau. En outre, nous y ajoutons une couche objective de recommandations de clients existants."

Fin 2013, Forbes annonçait la percée d'une 'économie de réputation', où le succès d'une entreprise serait basé essentiellement sur la confiance qu'elle suscite chez le consommateur.

Finet: "Airbnb et Uber ont très bien compris qu'il convient d'apaiser les clients par divers mécanismes de sécurité - tels des critiques ou la validation de l'identité du fournisseur de service. Il est étonnant que cela existe encore en B2B, où les projets exigent vite beaucoup de temps et d'argent. Sortlist introduit précisément cette économie de réputation dans le monde B2B."

550.000 euros recueillis

Sortlist a récolté 550.000 euros auprès de plusieurs investisseurs privés, dont la famille Janssen (UCB, Solvay, Sofina), Didier Smits (membre du conseil d'administration de Delhaize), Alexandre De Groote (Executive Director - Head of Institutional Bonds chez Petercam) et Lean Fund.

"53.000 agences connues et nouvelles se sont déjà enregistrées sur la plate-forme Sortlist", explique Benoît Lips, Fund manager chez Lean Fund. "La solution de Sortlist répond à un besoin réel dans le secteur et surfe sur les tendances du marché comme le besoin de réputation et de réseaux et la percée des agences de communication numériques. Je suis convaincu qu'elles continueront de croître. Elles ont du reste déjà reçu des signaux positifs émanant de New York et d'Australie."

"La confiance de ces investisseurs est une véritable reconnaissance de notre projet d'entreprise", conclut Thibaut Vanderhofstadt, fondateur de Sortlist et responsable des investissements. "Avec l'argent récolté, nous pourrons poursuivre notre développement en Belgique et déployer notre service au niveau international avec comme priorité la préparation de notre entrée sur les marchés français et britannique. Nous envisageons aussi de récolter du capital supplémentaire à brève échéance."

En savoir plus sur:

Nos partenaires