La start-up CodeFever apprend aux enfants de 7 à 12 ans à programmer

14/07/15 à 14:48 - Mise à jour à 14:48

Source: Datanews

À partir de fin septembre, les enfants de 7 à 12 ans pourront, dans différentes villes flamandes, suivre un cours de base en 10 leçons sur la programmation. " Nous voulons que nos enfants apprennent à programmer en s'amusant ", explique Katelijne Duerinck, à l'origine de l'initiative.

La start-up CodeFever apprend aux enfants de 7 à 12 ans à programmer

© CodeFever

L'idée est née lorsqu'un jour, le fils de Katelijne, âgé alors de 8 ans, a raconté à sa maman qu'il souhaitait devenir pirate informatique lorsqu'il serait grand. "Heureusement, il voulait être 'un bon pirate'", raconte Katelijne en souriant. "Peu de temps après, nous l'avons donc inscrit à une session de CodingDojo. Le problème avec ces séances de programmation collective, c'est qu'elles ne sont pas vraiment contraignantes et que les enfants restent bloqués au même niveau. Heureusement, si vous voulez approfondir les choses, vous pourrez bientôt vous tourner vers CodeFever."

À partir du 26 septembre, le quatuor à la tête de CodeFever (les soeurs Duerinck et deux informaticiens expérimentés) organisera, dans différentes villes flamandes, une série de cours sur la programmation, destinés aux enfants de 7 à 12 ans.

"Les enfants qui auront suivi les dix premières leçons recevront un petit diplôme et pourront passer au niveau 2 à partir de 2016", ajoute Katelijne. "Nous voulons travailler avec cinq à six modules différents de 10 leçons afin que les enfants aient vraiment une bonne vue d'ensemble de la matière. Une session de CodingDojo ne suffit pas pour maîtriser les éléments clés et avoir un véritable déclic."

Lors des leçons, à chaque fois d'une durée d'une heure et demie, les enfants apprennent à réfléchir sous la forme d'algorithmes. Le programme couvre d'importants concepts de base comme la succession, l'itération, les choix, les variables, etc. Les enfants apprennent d'abord à travailler avec Scratch puis, à un stade ultérieur, avec Python et Alice. Une fois qu'ils maîtrisent les compétences de base de la programmation, ils peuvent suivre des modules de cours comme "Crée ton propre jeu", "Crée ta propre app" ou "Crée ton propre site Web". Au terme de chaque leçon, les parents reçoivent un e-mail détaillant ce que leur enfant a appris.

Les cours sont donnés dans les locaux de hautes écoles du coin, par des enseignants qui ont déjà fait leurs preuves. "Nous cherchons surtout des personnes issues du monde de l'enseignement, ou qui viennent tout juste de suivre une formation pour donner cours sur les TIC. L'important est bien sûr que nos candidats parviennent à transmettre leur message. Voilà pourquoi nous organisons aussi des séances de formation pour les enseignants."

Des cours obligatoires

Dans un pays comme l'Estonie, cela fait déjà trois ans que l'on donne des cours de programmation aux enfants. Les petits Suédois apprennent eux aussi à coder sur les bancs de l'école. Le Royaume-Uni est le premier pays où, depuis septembre 2014, les élèves de primaire sont obligés de suivre ces cours à partir de l'âge de 5 ans.

"Une initiative des autorités publiques aurait aussi sa place en Belgique. Mais vu que les choses traînent, nous avons décidé d'organiser quelque chose à nous quatre", poursuit Katelijne Duerinck. "Savoir programmer est devenu aussi important que savoir lire ou écrire. Nous entendons surfer sur cette vague avec CodeFever. Nous voulons apprendre aux enfants à coder de manière ludique, avec pour objectif qu'au terme des cours ils aient acquis suffisamment de compétences pour mener à bien des projets de plus grande ampleur."

Une série de 10 leçons coûte 240 euros par personne. "Ce prix comprend les cours en eux-mêmes, mais aussi une assurance, la location des locaux, la rémunération des enseignants, etc. Certes, CodeFever s'est vu attribuer le label de qualité de la STEM-academie, mais cela reste une initiative privée qui doit pouvoir s'assumer toute seule."

Les groupes sont limités à 20 élèves et l'objectif est à chaque fois de travailler avec trois accompagnateurs. Les dix villes dans lesquelles CodeFever commencera par proposer ces cours de programmation sont Gand, Alost, Bruges, Genk, Hasselt, Louvain, Anvers, Bruxelles, Courtrai et Malines."

"Compte tenu du monde numérique dans lequel nous vivons, chaque enfant devrait avoir des connaissances de base en programmation", conclut Martine Van Audenrode, présidente de la formation en informatique appliquée à la haute école de Gand (HoGent). "Les enfants peuvent parfaitement acquérir ces compétences pas à pas, tout au long de leurs études primaires. Nous encourageons donc l'initiative de CodeFever parce que notre futur se trouve entre les mains de cette jeune génération et que plus on s'y prend tôt, mieux c'est !"

En savoir plus sur:

Nos partenaires