La leçon japonaise: une évaluation approfondie des risques

16/03/11 à 11:45 - Mise à jour à 11:45

Source: Datanews

Vous craignez l'énergie nucléaire? Pas de panique, car les réacteurs japonais ont surmonté sans problème le grave séisme. Vraiment! Les réacteurs ont en effet été aussitôt désactivés, comme le prévoit le scénario catastrophe.

La leçon japonaise: une évaluation approfondie des risques

Vous craignez l'énergie nucléaire? Pas de panique, car les réacteurs japonais ont surmonté sans problème le grave séisme. Vraiment! Les réacteurs ont en effet été aussitôt désactivés, comme le prévoit le scénario catastrophe. De plus ni les cuves des réacteurs, ni les enceintes de confinement (à savoir ce qui protège la cuve) des réacteurs n'ont été détériorées par le tremblement de terre. Bref, les réacteurs ont bien résisté au séisme. Et pourtant, l'on s'active depuis des jours à éviter une pollution radioactive dans une vaste zone. Pourquoi?

Le véritable coupable - du moins sur la base des informations disponibles - semble être un vieil ennemi, à savoir une évaluation insuffisamment approfondie des risques. Un vieil ennemi dans la lutte pour la poursuite des activités ('business continuity'). Que ce soit une centrale nucléaire, votre entreprise ou l'infrastructure ICT de celle-ci, il convient dans chaque cas d'envisager de manière suffisamment approfondie tous les scénarios réalistes/pessimistes. Du genre "que se passerait-il si...?"

Que se passerait-il si une centrale nucléaire était touchée par un séisme? La désactiver! Quelles peuvent être les conséquences secondaires d'un tremblement de terre? Au Japon, il s'agit très clairement d'un tsunami possible qui risque de toucher les centrales côtières: il faut donc prévoir une digue. De quelle hauteur? De la hauteur maximale attendue de la vague, plus une réserve, histoire d'être certain. Que se passerait-il si la vague du tsunami passait quand même par-dessus la digue? Aïe, l'on n'a manifestement pas imaginé que cela soit possible, ce qui a fait dans le cas d'espèce que les générateurs diesel utilisés pour le refroidissement absolument indispensable ont été noyés, car ils étaient installés trop bas.

Et pourquoi donc? Il devait fatalement y avoir une raison valable pour que les concepteurs les placent là. Or tout le monde sait qu'une cave, ou du moins le point le plus bas, est la première touchée en cas d'inondation. Autrement dit, l'on n'a pas réfléchi de manière suffisamment réaliste/pessimiste sur ce qui pourrait arriver et quelles pourraient être les conséquences. Bref, il n'y a pas eu une évaluation suffisamment approfondie des risques.

Puis-je me permettre ici de prodiguer un petit conseil à nos lecteurs? Arrêtez de lire et réfléchissez un peu à la façon dont les services vitaux de votre entreprise - l'ICT et d'autres - sont supportés dans l'optique de la continuité de l'activité. Ou mieux encore, allez éventuellement vous rendre compte sur place, pour vous assurer qu'aucun obstacle ne risque de menacer les solutions de 'business continuity'. Posez-vous calmement les bonnes questions (lors des attaques du 11 septembre, une société avait hébergé ses services télécoms primaires et back-up chez deux entreprises différentes... qui utilisaient cependant toutes deux la même installation de commutation dans l'une des Twin Towers). Allez vous rendre compte si les systèmes d'urgence ne se trouvent pas dans la cave ou au grenier (ou dans la cave ou le grenier des fournisseurs des services d'urgence), ou si une conduite d'eau égarée ne les surplombe pas ou si toute autre menace latente se révèle à vos yeux, ou encore si les systèmes de secours vitaux sont eux-mêmes supportés de manière réaliste en cas d'urgence, etc.

Il est préférable que vous réfléchissiez maintenant à vos dispositifs d'urgence suite à ce qui se passe actuellement au Japon, plutôt que si une catastrophe vous touchait personnellement. Faites-le maintenant, pas demain. Et lors du prochain exercice d'évaluation des risques, pensez encore plus loin. Il ne s'agit en effet pas d'une centrale nucléaire, mais bien de votre propre entreprise!

En savoir plus sur:

Nos partenaires