Luc Blyaert
Luc Blyaert
était rédacteur en chef de Data News
Opinion

04/10/13 à 14:53 - Mise à jour à 14:53

La guerre du feu

'Ce coup de fil m'a abasourdie', écrit Saskia Van Uffelen, Data News ICT Woman of the Year 2011, sur son blog consacré à la course folle de la vie. Ce coup de téléphone lui annonçait la crise cardiaque qui avait fauché l'un de ses collaborateurs qui n'avait pas encore franchi la quarantaine.

'Ce coup de fil m'a abasourdie', écrit Saskia Van Uffelen, Data News ICT Woman of the Year 2011, sur son blog consacré à la course folle de la vie. Ce coup de téléphone lui annonçait la crise cardiaque qui avait fauché l'un de ses collaborateurs qui n'avait pas encore franchi la quarantaine.

C'était au cours de l'été particulièrement chaud de 2001 que je passai une partie de la nuit à discuter avec ma soeur Marleen dans le jardin. Marleen avait à l'époque 36 ans, elle avait toujours eu le feu sacré, elle croquait la vie à belles dents, elle possédait un énorme cercle d'amis, elle avait travaillé longtemps pour Médecins Sans Frontières dans des régions comme le Pakistan et la Roumanie. Ses jours étaient cependant comptés cet été de 2001 car elle avait appris qu'elle souffrait d'un cancer du sang. Elle qui avait toujours été indépendante, était soudainement devenue fragile et abattue. Elle me dit qu'elle voulait se jeter sous le train le lendemain, parce qu'elle ne pouvait plus continuer et que le feu s'était éteint chez elle.

Marleen est restée chez moi cette nuit-là. Le lendemain matin, elle a pris congé de nous et je m'entends encore lui dire de ne pas faire de bêtises! Deux heures plus tard, je recevais un coup de fil m'annonçant que ma soeur s'était vraiment jetée sous un train.

Trois ans plus tard, je courus à Anvers avec le flambeau olympique en compagnie de Gaston Roelants et Jean-Michel Saive. Les Jeux Olympiques débutèrent à Athènes en août exactement lors d'une chaude journée d'été similaire. Je portais le flambeau pour que les gens gardent leur feu sacré, mais aussi le transmettent et l'attisent et ce, non seulement dans des temps difficiles, mais aussi et peut-être surtout durant les périodes fructueuses.

J'ai vu pleurer de puissants managers, parce que leur épouse venait de décéder d'un cancer. Terrassés par le sentiment coupable de ne pas leur avoir consacré suffisamment d'attention en raison de leurs innombrables voyages d'affaires. Des managers qui, quasi quotidiennement, doivent faire connaître le chiffre d'affaires qu'ils veulent atteindre, mais qui voient à peine leurs enfants grandir.

Frank Van Massenhove était un 'chief happiness officer' en remplacement du hr manager, mais c'était et c'est surtout son enthousiasme qui a motivé et qui motive son organisation et donc ses collaborateurs. C'est ce feu sacré que nous aimons recevoir et que nous pouvons et devons transmettre. Ce n'est pas 'en soufflant un moment, puis en relançant la machine' que l'on y arrive. Tout le monde est capable de remplir un sac à dos...

J'admets que la vie est une course folle qui nous dépasse par moments. Chaque année, nous prenons de bonnes résolutions que nous nous empressons ensuite d'oublier. Quoi qu'il en soit, nous sommes entraînés par un tourbillon. Et pourtant les organisations et les biotopes ne sont-ils pas l'affaire d'êtres humains comme vous et moi. 'Technology for a better world, innovations that could shape a better world'. Ce sont là des applications nobles, souvent commerciales, mais aussi particulièrement intéressantes, susceptibles de donner un meilleur contenu à la vie, non seulement à la nôtre, mais aussi à celle d'autrui dans ce qu'on appelle le tiers- et le quart-monde.

'It's all about People', des gens comme vous et moi, mais pas réunis sous des drapeaux malsains et n'ayant pas un étroit esprit de clocher, mais des gens faisant preuve d'un esprit ouvert.

Je suis assez optimiste car je vois naître pas mal de bonnes initiatives. Des opinions profondément humaines comme celle de Saskia ont du reste le mérite de soulever le besoin d'atteindre ses limites dans les entreprises. Nous devons oser aller de l'avant. C'est 'La guerre du feu'. Le feu, nous l'avons depuis longtemps déjà. Peu de films peuvent rendre ce genre de sentiment agréable consistant à contempler les flammes du feu. Il nous faut simplement le partager.

Nos partenaires