L'économie en réseau, une opportunité pour les talents féminins

15/02/12 à 15:46 - Mise à jour à 15:46

Source: Datanews

Même après 10 ans d'action pour un meilleur équilibre des genres, je n'ai pas encore trouvé la formule magique pour faire apparaître rapidement davantage de femmes dans l'informatique et dans des fonctions de direction.

L'économie en réseau, une opportunité pour les talents féminins

Même après 10 ans d'action pour un meilleur équilibre des genres, je n'ai pas encore trouvé la formule magique pour faire apparaître rapidement davantage de femmes dans l'informatique et dans des fonctions de direction.

Les femmes doivent s'affirmer davantage et prendre leur carrière en mains. Les managers doivent toujours être vigilants pour détecter et guider les talents féminins. Ils évitent ainsi de galvauder une partie de leur vivier de talents.

De plus, des exemples à suivre bien visibles sont également nécessaires. C'est la raison pour laquelle je crois énormément dans les récompenses du type "ICT Women of the year" et "Young ICT Lady of the Year". Elles donnent confiance et vous montrent que vous n'êtes pas seule et que c'est possible, de quoi inciter d'autres femmes à franchir le pas.

Les chefs d'entreprise ont également un rôle actif à jouer: ils doivent élaborer un programme de diversité actif et le rendre visible dans la politique menée au quotidien. Dans le service à nos clients, nous voulons également mettre en avant l'équipe la plus forte. L'expérience nous enseigne précisément que les équipes les plus fortes présentent un juste équilibre entre hommes et femmes. Les qualités féminines, comme une écoute active, le travail en équipe et une vision avec une perspective plus large, sont très complémentaires avec des qualités masculines types comme le travail ciblé et une approche analytique. Par conséquent, la recherche du juste équilibre est un atout pour une entreprise. Dans ce cadre, le juste équilibre n'implique pas nécessairement un nombre identique, mais suffisamment de chaque genre pour tirer le meilleur des deux.

Malheureusement, l'image du secteur des TIC ne s'est pas encore beaucoup améliorée. Nous sommes toujours perçus comme des entreprises où seuls travaillent des techniciens, en train de programmer dans un coin sombre ou de s'activer fébrilement sur un ordinateur. C'est tout sauf attrayant pour des jeunes filles et femmes. Le fait que la grande majorité de l'activité TIC consiste aujourd'hui dans du service est un secret bien gardé.

Les filles et les jeunes femmes n'ont tout simplement pas une vision suffisante de ce en quoi consiste exactement le monde des TIC aujourd'hui. Chez IBM, nous avons récemment organisé une journée pour une soixantaine de filles de 16 et 17 ans, destinée à leur montrer ce que fait IBM et les emplois que nous proposons. A la fin de cette journée, les jeunes filles ont avoué spontanément qu'elles étaient loin de se douter que les TIC pouvaient être si intéressantes.

Mais c'est évidemment une goutte d'eau dans la mer. Il faut selon moi une campagne très ciblée pour adapter l'image du secteur à la réalité d'aujourd'hui. Dans le même temps, nous devons motiver les jeunes filles pour qu'elles optent pour des orientations plus techniques. Nous devons mettre un terme aux stéréotypes. Un excellent exemple nous est proposé par Riley Maida (un hit à recommander chaudement sur YouTube). Cette petite newyorkaise de 4 ans se demande d'un air sérieux pourquoi les petites filles sont encouragées à acheter des princesses roses alors que les garçons sont poussés à acheter des super héros. En plein dans le mille!

Je suis toutefois confiante dans l'avenir. Dans l'univers en mutation rapide du "social business", les contacts et la collaboration sociale sont plus que jamais nécessaires. Les modèles d'entreprise recourront au "social computing". Nous évoluons davantage vers une économie en réseau au lieu d'une organisation hiérarchique, et cela convient mieux aux femmes. C'est à mon sens une opportunité pour les talents féminins. Alors, les filles: franchissez le pas!

Christel Verschaeren Christel Verschaeren travaille depuis 2005 au sein de la Direction informatique d'IBM. Depuis un an, elle est à la tête des départements informatiques dans les pays européens.

Nos partenaires