KAZI déniche le candidat adéquat pour votre emploi vacant

17/06/16 à 15:20 - Mise à jour à 15:20

Source: Datanews

Il n'y a pas que les compétences, mais la personnalité compte aussi beaucoup. Voilà ce à quoi s'attache le nouveau 'jobmatcher' KAZI. Il n'y a qu'ainsi que les entreprises parviendront à retenir leur nouveau personnel, estime la start-up belge.

KAZI déniche le candidat adéquat pour votre emploi vacant

© Kazi

"Pour les entreprises, il s'agit d'un des principaux problèmes de ressources humaines de cette époque", déclare Nikolaas Bellens, CEO de KAZI: "Fidéliser les personnes nouvellement engagées ayant une formation supérieure. Car pas moins de quarante pour cent d'entre elles recherchent un autre emploi au cours de la première année. Pourquoi? Parce que si le postulant et la place vacante coïncident sur papier - le diplôme convient, de même que les compétences -, tel n'est pas le cas dans la pratique. Un ingénieur civil n'est peut-être pas vraiment la personne dont vous avez besoin, alors qu'un informaticien n'a peut-être pas les qualités de chef d'équipe que vous recherchez. Trouver une façon d'éviter ce type d'engagement raté, est donc devenu quasiment le graal au niveau du département des ressources humaines."

Et Bellens pense l'avoir trouvé: "Contrairement à l'approche 'make it and they'll find you' de la start-up moyenne, nous avons rencontré des centaines d'élèves de dernière année et de néo-diplômés de la Thomas Morehogeschool, ainsi que des dizaines d'experts RH. Avec eux, nous avons recherché ce qui est exactement nécessaire pour s'assurer de dénicher la personne adéquate pour la place à pourvoir, et vice versa. Il en est ressorti qu'il convient surtout de trouver une bonne façon d'entrer en contact mutuel, à savoir une manière qui soit à la fois familière et qui respecte la vie privée."

Le résultat s'appelle KAZI.be, un site web d'offres d'emploi, mais pas vraiment comme les autres. Il y a d'abord et surtout le côté académique. "Via des questionnaires scientifiquement adéquats, nous dressons d'un candidat non seulement un modèle de valeurs, mais aussi un modèle de 'teamrol'. Nous savons ainsi dans laquelle des six ou huit catégories respectives le jeune starter a sa place. Nous faisons exactement pareil avec les emplois et c'est sur cette base que nous pouvons rapprocher les candidats des places vacantes. Les réactions sont positives. J'en reçois de jeunes: c'est exactement ce qu'ils cherchaient. Ils savent maintenant que cela va marcher."

Et les ambitions sont donc élevées. "Nous nous considérons, à l'instar de Google, comme la meilleure solution existante et nous voulons dès lors y adapter notre approche du marché. Voilà pourquoi nous proposons notre service gratuitement car nous savons que cela nous offrira une gigantesque vision du fonctionnement du marché du travail, ce que nous entendons monnayer. Il y a d'innombrables groupes-cibles capables de tirer parti de ces données: consultants, responsables RH qui veulent passer à la loupe leur organisation interne,... Les possibilités sont infinies. Elles peuvent ainsi non seulement servir de base à des stratégies de talents, mais aussi dénicher les liens manquants dans les offres d'emploi."

KAZI était à l'origine une co-entreprise (joint-venture) du cabinet-conseil stratégique Riverrun et du spécialistes RH campinois Hura qui se sont associés à Thomas More. Elle a ensuite reçu le support d'Innotek, d'IWT de VLAIO et de la province d'Anvers. Dans une première phase de financement organisée il y a quelques mois, elle a aussi recueilli de l'argent auprès de business angels locaux. "En tout, ce sont déjà 600.000 euros qui ont été investis", explique le CEO. "Une nouvelle phase de capitalisation devrait avoir lieu après l'été."

Dernière question: et maintenant? Lundi, Kazi passera en live, et tout devrait alors s'accélérer. "C'est une affaire d'échelle", est conscient Bellens. "Voilà pourquoi nous allons lancer une grande campagne ciblée, tant en ligne qu'hors ligne, afin d'attirer les néo-diplômés vers notre plate-forme et que nous puissions entamer la correspondance des profils à partir du 30 juin."

Kazi:

Siège social: Herentals

Nombre d'associés: 11

A la recherche de capital supplémentaire?: Une nouvelle phase de capitalisation est prévue après l'été.

Site web:www.kazi.be

Nos partenaires