WhatsApp limite l'envoi de messages suite à des actes de lynchage

20/07/18 à 12:26 - Mise à jour à 12:25

Source: Datanews

Il sera désormais plus malaisé d'expédier des messages 'en masse' dans WhatsApp. L'entreprise espère ainsi endiguer la propagation de fausses nouvelles suite à quelques actes atroces en Inde et à Myanmar.

WhatsApp limite l'envoi de messages suite à des actes de lynchage

© Reuters

Dans son service de messagerie WhatsApp, Facebook va rendre plus difficile l'envoi de messages à de grands groupes. Le réseau espère ainsi limiter radicalement la diffusion de canulars (hoaxes) et d'infos factices. Ces dernières semaines, WhatsApp s'est en effet trouvé dans la ligne de mire à Myanmar et en Inde pour son rôle possible dans la propagation de la violence.

Tensions ethniques

Dimanche dernier, un homme de 27 ans à été lynché près d'Hyderabad par une foule de 2.000 personnes. Cet acte résultait d'une fausse rumeur, selon laquelle il voulait kidnapper des enfants, rumeur qui se propagea à la vitesse de l'éclair dans cette région par l'intermédiaire de services comme WhatsApp.

Les autorités indiennes indiquent que ces deux derniers mois, vingt lynchages similaires ont été perpétrés. De faux messages viraux auraient aussi provoqué des actes de violence à Myanmar et au Sri Lanka. Le problème est dû en grande partie aux tensions ethniques, notamment à propos de la population Rohingya. Les victimes appartiennent principalement à la minorité musulmane, et les fausses informations ont quasiment toutes la même tournure et lancent des accusations de rapt d'enfants.

Fausses nouvelles virales

Grâce aux nouvelles mesures, écrit WhatsApp sur un blog, il y aura une limite à la quantité d'adresses auxquelles un message pourra être envoyé. En théorie, il devrait être plus difficile pour des messages spécifiques de devenir viraux. Au niveau mondial, l'envoi de messages sera limité à vingt utilisateurs, alors qu'en Inde, le maximum sera ramené à cinq. Jusqu'il y a peu, un message pouvait encore entre expédié à 250 personnes.

En Inde encore, la fonction 'quick forward' sera supprimée. Il s'agit là d'un bouton jouxtant les messages multimédias, qui permettait de les envoyer de manière particulièrement rapide et aisée. Selon WhatsApp, tout cela fait partie d'un test. L'entreprise signale que les gens en Inde envoient davantage de chats, photos et vidéos que dans tous les autres pays.

Comme les messages WhatsApp sont entièrement cryptés, l'entreprise ne peut elle-même pas contrôler le type de contenu envoyé. En endiguant la diffusion massive de messages, elle espère limiter quelque peu les dommages. ''Nous croyons que ces changements, que nous continuerons du reste d'évaluer, aideront à ce que WhatsApp reste ce pour quoi il a été conçu: une appli de chat privé'', peut-on encore lire sur le blog.

Nos partenaires