"Wallonie 2.0" par Jean-Yves Huwart

13/01/10 à 14:00 - Mise à jour à 13:59

Source: Datanews

Dans son livre (Editions Le Cri), l'auteur imagine comment la Wallonie pourrait redevenir une puissance économique.

Dans son livre (Editions Le Cri), l'auteur imagine comment la Wallonie pourrait redevenir une puissance économique.

Pendant près de 150 ans, la Wallonie fut l'une des régions les plus dynamiques d'Europe. S'ensuivit une longue période pendant laquelle elle fut victime à la fois de phénomènes économiques et du syndrome d'endormissement sur ses lauriers. Longue période dont elle ne s'est pas encore relevée. Quelques initiatives et ingrédients ont été mis sur la table qui devraient la remettre dans la bonne voie- à commencer par le principe des clusters et autres pôles de compétitivité, points-clés des Plans Marshall. Mais, souligne Jean-Yves Huwart, le chemin est encore long, les réflexes d'antan ne sont pas encore revenus et la Wallonie, pour s'en sortir, devra de toute façon accélérer très sérieusement la cadence.

Même si elle est nécessaire pour susciter l'étincelle, l'approche est encore trop top down. Trop souvent encore "on attend qu'une structure soit proposée et mise en oeuvre, en espérant qu'ensuite tout le monde se coule dans ce moule. Cela laisse peu de place à l'innovation, au dynamisme, à la spontanéité."

J-Y Huwart expose dans son livre une série d'exemples bottom-up puisés à l'international (Californie, UK...) mais aussi dans des centres d'entreprises locaux (Pole Image à Liège, Hub de Bruxelles...). "Certaines choses existent et sont possibles. Mon livre est un constat de ce qui pourrait être. Il se veut un révélateur."

Le déclic doit notamment venir de la rencontre d'idées et d'initiatives nées dans des secteurs divers, pouvant générer une valeur ajoutée originale et unique qui permettrait une progression quantique. Comme par exemple le pôle de biologistique qui se constitue à Liège. Les zones urbaines "peuvent favoriser l'émergence de zones de concentration d'activités où des entrepreneurs individuels, des start-ups et des TPE peuvent interagir facilement", faisant jaillir des communautés d'entrepreneurs. A cet égard, les technologies Web 2.0, encore trop peu adoptées et maîtrisées par les PME ou encore par les associations professionnelles, sont à même de susciter, rapidement, des rencontres virtuelles improvisées, étincelles pour les projets et l'innovation.

Les Damman, Perdaens, de Halleux, Eschenauer, Bar... feront-ils école?

Nos partenaires