Vint Cerf, pionnier internet: "La neutralité totale du net est intenable"

06/08/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Vint Cerf, pionnier internet et patron de Google, affirme que la neutralité totale du net est intenable, si l'on veut garder les connexions internet financièrement abordables pour le consommateur.

Vint Cerf, pionnier internet et patron de Google, affirme que la neutralité totale du net est intenable, si l'on veut garder les connexions internet financièrement abordables pour le consommateur.

Le contrôleur télécom américain FCC a lancé la semaine dernière un avertissement à l'adresse de Comcast, parce que le fournisseur à haut débit avait bloqué en secret le trafic poste à poste de ses clients via BitTorrent. Non pas parce que BitTorrent serait illégal, mais bien parce que le transfert de données était trop important.

Vint Cerf se prononce en faveur de Comcast sur le blog officiel de Google. Il qualifie la démarche de Comcast vers une 'gestion du réseau neutre au niveau du protocole' de pas dans la bonne direction. Selon lui, il ne s'agit plus de savoir si la gestion du réseau est nécessaire, mais comment elle doit se faire.

Par ailleurs, l'avertissement lancé par la Federal Communications Commission à l'encontre de Comcast est un peu tombé du ciel, du fait qu'outre Vinton Cerf, la Federal Trade Commission (FTC) américaine avait précédemment déjà choisi le camp des Internet Service Providers (ISP). La FTC s'oppose à la loi qui interdit aux fournisseurs internet de réclamer davantage d'argent à leurs clients pour un accès internet plus rapide et de qualité supérieure.

L'organisation stipulait déjà que la question de savoir s'il est justifié de payer plus pour une priorité des données, doit recevoir une réponse du marché et non pas de Washington.

Kurt Dobbins, du spécialiste de la gestion des réseaux Arbor Networks, approuve lui aussi les déclarations de Vint Cerf. "La gestion des réseaux est une nécessité absolue, sous peine que les consommateurs doivent payer nettement plus pour une qualité inférieure", avance-t-il. "Si les fournisseurs doivent étendre continuellement leurs réseaux pour faire face à l'augmentation massive de l'utilisation du haut débit, il y aura forcément quelqu'un qui va trinquer."

Selon Cerf, il est peu sensé de faire payer les internautes en fonction de la largeur de bande utilisée (facturation basée sur la consommation), comme l'expérimente par exemple déjà Time Warner. "Une telle limitation sur le volume n'a guère de sens car les internautes peuvent malaisément estimer à l'avance la largeur de bande exacte qu'ils vont utiliser."

Nos partenaires