Verwilghen ne croit pas dans un étranglement de l'internet

04/12/07 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Marc Verwilghen, le ministre des télécommunications, n'envisage pas à court terme un 'goulot d'étranglement' dans l'internet belge. Il table sur une anticipation des problèmes possibles en temps voulu de la part du marché.

Marc Verwilghen, le ministre des télécommunications, n'envisage pas à court terme un 'goulot d'étranglement' dans l'internet belge. Il table sur une anticipation des problèmes possibles en temps voulu de la part du marché.

La crainte d'un 'goulot d'étranglement' sur l'internet par manque d'investissements dans le réseau, [un sujet à propos duquel une étude a récemment été lancée], a suscité une question parlementaire du député CD&V Roel Deseyn à l'adresse du ministre fédéral des télécommunications, Marc Verwilghen. L'étude en question indiquait notamment que les investissements requis pour accroître la capacité de l'internet à haut débit en vue de répondre aux besoins futurs, sont de 60 à 70 pour cent supérieurs à ceux que les opérateurs eux-mêmes prévoient.

Verwilghen a répondu "ne pas craindre que sur le plan de la capacité du haut débit, un goulot d'étranglement se manifeste sur le marché belge", mentionne Deseyn sur son site web. Le ministre Verwilghen est convaincu que "si ce genre de goulot devait quand même se produire, les acteurs du marché réagiraient à très court terme pour répondre à la demande du marché". En outre, le ministre estime que notre pays nécessite une "approche globale", qu'il a lui-même lancée en créant un service intégré au sein de l'administration.

Deseyn estime que ces déclarations sont en contraste total avec les cris de détresse précédemment lancés dans le secteur ICT à propos d'un étranglement de l'internet, si l'on n'adopte pas rapidement une politique globale et énergique. "Le secteur ICT belge doit relever de grands défis que l'on ne peut traiter en catimini, mais à visière découverte. Ce secteur mérite dès lors une politique globale et ambitieuse poussée pour ramener notre pays en tête du peloton ICT européen", ajoute encore le parlementaire.

Nos partenaires