Vers une stabilisation du marché ICT en 2010

12/11/09 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Le marché ICT européen devrait se stabiliser l'an prochain. Voilà du moins ce que déclare l'European Information Technology Observatory (EITO).

Le marché ICT européen devrait se stabiliser l'an prochain. Voilà du moins ce que déclare l'European Information Technology Observatory (EITO).

L'EITO estime que la vente des produits et services dans l'IT, les télécoms et l'électronique à la consommation régressera l'an prochain de 0,5 pour cent à 714 milliards d'euros, alors qu'elle avait encore diminué de 2,2 pour cent cette année à 718 milliards d'euros. Toujours selon l'EITO, la crise économique globale a touché le secteur ICT moins durement que beaucoup d'autres secteurs. Dès que l'économie reprendra des couleurs, elle stimulera les marchés high-tech tels que l'IT, poursuit l'EITO.

Le marché purement IT (hardware, software et services) progressera en 2010 de 0,6 pour cent, prévoit encore l'EITO. Voilà qui devrait permettre de franchir de nouveau le seuil des 300 milliards d'euros. "Ce sont les secteurs durement touchés qui impactent les nouveaux projets IT", déclare Axel Pols, président de l'EITO. "C'est le retour sur investissement et les mesures de réduction des coûts qui y ont la priorité. Il en résulte que les revenus en provenance des services d'externalisation grimperont cette année encore de 4 pour cent à 66 milliards d'euros", ajoute Axel Pols.

C'est le marché télécom qui régressera le moins cette année. "La crise a eu un impact minimal sur le marché télécom qui est principalement confronté aux changements d'habitudes chez les utilisateurs et aux contraintes légales", analyse Axel Pols. Ce sont essentiellement les services de données qui se distinguent. La vente des technologies de communication - tant les GSM que l'infrastructure réseautique - diminuera cependant cette année de 4 pour cent à 65,6 milliards d'euros.

La plus forte perte sera ressentie dans l'électronique à la consommation qui régressera de plus de 8 pour cent. Selon l'EITO, il n'y aura guère d'amélioration l'an prochain, puisque le secteur s'attend à une nouvelle perte de 6 pour cent.

Nos partenaires