Uptime décroche un contrat auprès de la Caisse Nationale des Congés Payés (update)

01/12/09 à 11:20 - Mise à jour à 11:19

Source: Datanews

Le spécialiste des infrastructures IT Uptime installé à Kontich a remporté l'adjudication de la Caisse Nationale des Congés Payés portant sur la rénovation de son infrastructure IT.

Le spécialiste des infrastructures IT Uptime installé à Kontich a remporté l'adjudication de la Caisse Nationale des Congés Payés portant sur la rénovation de son infrastructure IT.

La Caisse en question, l'institution fédérale qui gère et contrôle les congés payés des travailleurs, a décidé il y a quelque temps de développer de nouveau ses propres applications administratives (dans le cadre du projet 'Ambi'), et ce pour améliorer son fonctionnement et son service. Le développement s'effectue sur base de J2EE, Linux, de serveurs web Apache, de serveurs d'applications JBoss et d'une base de données MySQL.

Selon la Caisse, le software exige une infrastructure moderne adaptée (aujourd'hui, c'est un mainframe IBM qui est utilisé). Voilà pourquoi une adjudication a été lancée qu'Uptime a finalement remportée. Il s'agit d'un contrat de plus d'1 million d'euros sur 5 ans prévoyant l'installation, mais aussi la maintenance et le support ultérieurs de cette infrastructure.

La Caisse a entre autres desiderata une solution de stockage des données sur disque reposant sur la technologie NetApp, mais aussi des serveurs physiques équipés d'un logiciel de virtualisation et de commutateurs de réseau qui interconnectent le tout. Pour l'archivage, la Caisse exige le stockage secondaire sur disques. L'infrastructure doit évidemment avoir un miroir redondant dans un autre endroit (le centre de données de Smals, NDLR) relié via un WAN Ethernet à 1Gbps. L'infrastructure doit être compatible tant avec les applications et données existantes que nouvelles.

Précision: le contrat décroché par Uptime concerne l'Office National des Vacances Annuelles (ONVA) et non pas la Caisse Nationale des Congés Payés comme l'indique par erreur la traduction française du texte.

Nos partenaires