Une startup belge est l'un des premiers développeurs pour Android Things

08/05/18 à 14:28 - Mise à jour à 14:27

Google a présenté sa nouvelle plate-forme pour appareil intelligents, Android Things. L'une des entreprises qui en a aussi donné le coup d'envoi, n'est autre que la jeune entreprise belge Byteflies, qui développe des applications de santé 'wearable'.

Une startup belge est l'un des premiers développeurs pour Android Things

© byteflies

Android Things est une plate-forme pour développeurs, avec laquelle Google veut rendre les choses plus intuitives en vue de mettre au point des appareils connectés intelligents. Le but est que la plate-forme simplifie une partie du développement logiciel. La programmation s'effectue au moyen d'outils que les développeurs utilisent à présent déjà pour créer des applications pour Android.

Paramètres de santé

En 2016, Google avait déjà mis le pack logiciel entre les mains d'entreprises de software, mais aujourd'hui, c'est la version 1.0 d'Android Things qui est lancée à l'occasion de la conférence Google I/O. Le géant des recherches annonce une première série de produits générés par le kit d'outils. Il s'agit notamment de haut-parleurs intelligents de LG, de même que quelques affichages intelligents. Parmi les développeurs de la première heure, on trouve aussi la startup belge Byteflies.

Cette entreprise a comme objectif de sortir des cliniques et hôpitaux la technologie de santé 'wearable' professionnelle. Le Sensor Dot que Byteflies a développé via Android Things, est un petit appareil compact capable de mesurer cinq paramètres de santé du corps humain, comme la respiration et le pouls. Il existe plusieurs méthodes de fixation du Sensor Dot sur un endroit spécifique du corps. Pour ensuite vérifier les données mesurées, il suffit d'installer le Sensor Dot dans la station d'accueil reliée à un ordinateur.

Marché IoT en croissance

Récemment, Lenovo a présenté lors de MWC le Health Mod, un mini-appareil qui est aussi capable de mesurer aisément les paramètres de santé. La différence, c'est que cela ne s'effectue pas en temps réel comme avec le Sensor Dot, mais via un mesurage au niveau de l'index. L'avenir de l'Health Mod est à présent incertain, parce que Lenovo a annoncé vouloir interrompre le développement de Moto Mods.

Ce qui est important avec Android Things, c'est que les applications créées au moyen du kit d'outils ne doivent pas être liées à Android. Google entend surtout utiliser l'expertise des développeurs dans la mise au point d'applications pour Android pour progresser sur le marché en croissance des appareils Internet of Things (IoT)

En savoir plus sur:

Nos partenaires