Une ristourne par reconnaissance faciale

21/08/12 à 09:41 - Mise à jour à 09:41

Source: Datanews

Une entreprise américaine exploite l'information biométrique ...

Une ristourne par reconnaissance faciale

Une entreprise américaine exploite l'information biométrique de Facebook pour proposer des offres aux visiteurs de magasins.

A présent que le contrôleur du respect de la vie privée d'Hambourg a rouvert l'enquête à l'encontre de Facebook en matière de gestion de l'information de reconnaissance des visages, tout semble indiquer que le produit 'Facedeals' de l'agence de publicité RedPepperLand (Nashville, Tenn.) n'aura guère de chance de s'imposer en Europe. Cette agence a en effet mis au point un appareil photo qui réalise une prise de vue de chaque visiteur d'un magasin, puis tente de l'associer à des informations illustrées que Facebook possède. Si une association est trouvée, le magasin peut alors envoyer un message avec une offre vers l'appareil mobile de la personne concernée. L'agence insiste sur le fait que tout cela a été développé indépendamment de Facebook et que la personne en question doit donner explicitement une autorisation 'opt in' pour l'utilisation de l'appli mobile (où apparaît l'offre). Il va de soi que cela exige aussi que la personne donne en outre son assentiment pour l'enregistrement et l'utilisation de l'information biométrique par Facebook dans l'optique de la reconnaissance du visage

Des experts de la sécurité, tels l'entreprise slovaque Eset, ont des objections à formuler à propos d'un produit comme Facedeals. En effet, le système présuppose que l'on fasse une photo de chaque visiteur d'un magasin, mais c'est là une opération pour laquelle le visiteur n'a pas donné d''opt in', et encore moins d'approbation pour ce qui sera fait éventuellement plus tard avec cette photo (effacée, conservée, échangée avec des tiers ou agrégée avec d'autres gisements de données,...). Ou bien la simple entrée du visiteur dans le magasin serait-elle en quelque sorte considérée comme une approbation de sa part? Les discussions vont bon train... Un 'avertissement' à la porte, suivi par l'entrée du visiteur suffit-il comme autorisation? Comme l'appareil photo tente de procéder à une association, un produit tel Facedeals exerce une autre fonction qu'une simple caméra de surveillance par exemple, dont les images sont normalement utilisées en cas de problème. Quoique, ici aussi, du changement est en vue, comme il ressort de produits controversés comme Trapwire.

De plus, seuls 37 pour cent des utilisateurs de Facebook auraient adapté leur profil de confidentialité au sujet des informations susceptibles d'être transférées à des tiers, indique encore Eset en se basant sur les chiffres d'une association de consommateurs américaine. Quasiment 13 millions d'utilisateurs de Facebook aux Etats-Unis ne seraient pas du tout au courant des outils disponibles en matière de respect de la vie privée. Il en résulte que l'exploitant du magasin (ou du bar, du centre commercial, etc.) exploite également bien d'autres informations confiées par ses visiteurs.

En savoir plus sur:

Nos partenaires