Une proposition australienne à propos d'un label écologique pour l'équipement IT

20/08/07 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

L'institut de la connaissance australien Computer Society (ACS) aspire à la mise en oeuvre d'un label écologique pour le matériel IT. Il a en effet calculé que les émissions de dioxyde de carbone par le secteur IT sont comparables à celles de l'aviation civile ou de la sidérurgie.

L'institut de la connaissance australien Computer Society (ACS) aspire à la mise en oeuvre d'un label écologique pour le matériel IT. Il a en effet calculé que les émissions de dioxyde de carbone par le secteur IT sont comparables à celles de l'aviation civile ou de la sidérurgie.

L'Australian Computer Society (ACS), institut de la connaissance pour le secteur IT, souhaite l'élaboration d'un label écologique pour les produits IT. Tout comme pour les produits blancs, il consisterait en l'indication du degré de pollution des appareils par un système de points.

Cette proposition fait suite à une étude portant sur les émissions de dioxyde de carbone par le secteur IT. ACS a déterminé que ces émissions par le secteur IT australien sont quasiment égales à celles de l'aviation civile et de la sidérurgie. Chaque année, le secteur IT rejette 7,94 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans la nature, ce qui représente 1,52 pour cent de l'ensemble des émissions. Cette quantité est un peu inférieure à celle de la sidérurgie (2,3 pour cent) et un peu supérieure à celle de l'aviation civile (0,97 pour cent).

En outre, l'ACS invite les organisations IT à prendre en considération la consommation énergétique du matériel lorsqu'elles changent d'équipement. Il plaide aussi pour l'utilisation de logiciels de virtualisation pour les serveurs et insiste sur le fait que les réglages de mode de veille permettent d'économiser davantage d'énergie que l'utilisation d'économiseurs d'écran.

Pour insister encore davantage sur la consommation d'énergie et les émissions nocives, l'ACS plaide pour l'utilisation de 'softphones' (téléphoner via l'internet) et les 'thin-client desktops'. L'ACM évalue les coûts de cette mesure anti-pollution pour une entreprise IT moyenne (occupant de 5 à 20 personnes) entre 80 et 400 euros.

En collaboration avec Computable.nl

Nos partenaires