Une première qui aurait pu passer inaperçue

10/10/06 à 00:00 - Mise à jour à 09/10/06 à 23:59

Source: Datanews

S'il n'y avait pas eu un petit couac dans la retransmission des résultats d'Anvers, on n'aurait sans doute pas su que les résultats du scrutin en Flandre ont pour la première fois été centralisés à Bruxelles par le biais d'un réseau sans fil Edge.

Comme nous l'expliquions dans [notre article d'hier], le retard accusé dimanche soir dans la transmission des résultats d'Anvers était lié à un malentendu dans la configuration/synchronisation des systèmes d'émission et de réception des données transmises par un réseau sans fil. Insistons sur le "sans fil". Car, comme a tenu à nous le préciser Mobistar, il s'agissait là d'une première, pas seulement pour Anvers, mais bien pour l'ensemble du scrutin en Flandre. En effet, 370 bureaux de dépouillement répartis sur toute la Flandre ont envoyé leurs résultats via le réseau mobile sécurisé Edge de Mobistar vers les ordinateurs centraux de la Communauté Flamande à Bruxelles, explique Patricia Verdoodt, porte-parole de Mobistar. Pour rappel, [Edge] (Enhanced Data Rates for GSM Evolution) est une norme de téléphonie mobile qui permet des transferts à haut débit intermédiaires entre le GPRS et l'UMTS (3G). Quelque 650 Mo de données ont transitées par le réseau mobile de Mobistar. Si ce n'est le couac d'Anvers, qui n'est pas directement lié aux performances du réseau, Mobistar affirme n'avoir constaté aucun problème.Ce choix de la Communauté flamande pour la technologie sans fil, qui plus est pour une application pour le moins critique, a été soutenu par son fournisseur technologique de référence, à savoir le tandem EDS-Telindus. Bien sûr, la transmission sans fil permet de gagner du temps par rapport à la bonne vieille méthode "manuelle" (transport des disquettes par coursier). Mais pourquoi ne pas s'être contenté d'un réseau internet filaire classique ? Mobistar rétorque que sa technologie sans fil est une solution d'avenir, qui apporte toutes les garanties requises en termes de sécurité et de performances. D'après l'opérateur, il n'y a aucune raison que l'expérience ne soit pas reconduite lors de prochaines élections. A suivre.

Nos partenaires