Une plainte de WikiLeaks auprès de la Commission européenne

06/07/11 à 15:10 - Mise à jour à 15:10

Source: Datanews

C'est aujourd'hui qu'expire l'ultimatum de WikiLeaks et DataCell à l'encontre de Visa et MasterCard au sujet d'une plainte introduite auprès de la Commission européenne.

Une plainte de WikiLeaks auprès de la Commission européenne

C'est aujourd'hui qu'expire l'ultimatum de WikiLeaks et DataCell à l'encontre de Visa et MasterCard au sujet d'une plainte introduite auprès de la Commission européenne.

Dans tout le tintouin soulevé par WikiLeaks, des entreprises comme Visa et MasterCard notamment ont décidé de ne pas traiter les donations financières à WikiLeaks. Ces entreprises affirment vouloir d'abord examiner si la nature même de WikiLeaks n'est pas contraire à leurs propres règles de fonctionnement. Elles souhaitent donc d'abord élucider la situation. Concrètement, cela contribuerait à fermer le robinet financier en faveur de WikiLeaks, dont tant WikiLeaks que le fournisseur de services islandais DataCell tirent profit. Ces deux organisations intentent aujourd'hui un procès à l'encontre tant de Visa Europe et de Master Card Europe que de l'opérateur danois de transactions Teller et de son agent islandais Korta auprès du tribunal du commerce danois.

En outre, une plainte , sera aussi déposée auprès de la Commission européenne sur base des infractions aux articles 101 (1) et 102 du traité régissant le fonctionnement de l'Union européenne. DataCell prétend que ces entreprises abusent de leur position dominante sur le marché et que leur action simultanée constitue un acte anticoncurrentiel. D'autres entreprises ne peuvent en effet pas payer avec Visa ou MasterCard les services fournis par DataCell. Teller affirme du reste être prêt à reprendre le traitement des transactions pour DataCell, mais qu'il n'a pas pour cela reçu d'autorisation de la part de Visa ou MasterCard.

Du reste, il n'y a pas que Visa et MasterCard qui refusent de traiter les donations pour WikiLeaks. Paypal le fait aussi (en suggérant que WikiLieaks se livre à des activités illégales), ainsi que la Bank of America. Ces entreprises ont été de ce fait déjà prises pour cible par des attaques 'déni de service' lancées par des groupes d' (h)activistes tels Anonymous.

En savoir plus sur:

Nos partenaires