Une discothèque anversoise exige le Facebook login des membres de son personnel

23/01/15 à 12:16 - Mise à jour à 12:15

Source: Datanews

La discothèque Roxy a une manière très particulière de convaincre ceux qui aiment faire la fête. Elle somme en effet les membres de son personnel de transmettre leur Facebook login pour faire sa promotion. Le SPF Travail désapprouve cette pratique.

Une discothèque anversoise exige le Facebook login des membres de son personnel

© Reuters

Aucun mot de passe n'est certes visionné par la direction car tout est automatisé. Mais les collaborateurs de la discothèque sont exhortés à saisir leur Facebook login et leur mot de passe dans un système. Ensuite, c'est un bureau externe qui prend le relais et qui envoie aux noms des employés des invitations à des fêtes ou partagent des statuts de Roxy Antwerp.

Un lecteur a informé Data News de cette pratique, et notre rédaction en a eu confirmation par Kevin Binnemans, l'un des managers du club, même si celui-ci ne voit aucun problème à impliquer ses collaborateurs (généralement jeunes): "Nous recourons à cette stratégie, parce qu'on peut inviter des amis via Facebook. Il y a peu de discothèques qui le font. Voilà pourquoi nous ne le crions pas sur tous les toits."

"Nous invitons tous nos collaborateurs à participer à des actions de promotion. La plupart des jeunes acceptent sans hésiter. Nous leur avons d'ailleurs dit qu'à leur place, nous le ferions aussi sans problème."

"Sans le moindre engagement"

Binnemans insiste sur le fait que personne n'est obligé de le faire, même si cela lui semble une notion très relative."Cela se fait sans le moindre engagement, mais s'ils ne le font pas, nous allons leur demander chaque jour d'inviter eux-mêmes leurs amis. Cela ne pose des difficultés à personne." Binnemans ne souhaite cependant pas révéler le nombre de personnes concernées. Il s'agit du personnel du club, des gens de l'équipe de promotion et d'autres encore.

Notre rédaction avait initialement été informée que les employés qui refusaient de participer au programme, ne pouvaient pas toujours venir travailler, ce que dément Binnemans: "Nous ne l'avons jamais exigé. Il y a bien eu dans le passé l'un ou l'autre problème avec l'un de nos organisateurs, mais il a été entre-temps licencié."

Légal ou pas?

Si les employés donnent eux-mêmes leur autorisation de céder leur compte Facebook, il n'est pas certain que cela soit légal ou pas. A la Commission vie privée, nous avons été orientés vers le SPF Emploi, Travail et Concertation Sociale, du fait qu'aucune donnée privée des participants n'est traitée en l'occurrence.

Au SPF, l'on se montre très critique à l'égard de cette pratique. C'est ainsi qu'on y fait référence à la convention européenne des Droits de l'Homme, où il est stipulé qu'on a le droit à une vie privée sans immixtion de la part de l'employeur dans le trafic des communications privées de l'employé.

Et le fait que la cession des données de login se fasse en concertation, n'y change rien, selon le SPF. "L'immixtion dans la vie personnelle de l'employé par une politique (de contrôle) de son employeur n'est autorisée que si ce dernier a un but légitime pour ce faire et pour autant que ces mesures soient nécessaires pour atteindre ce but", écrit Michel Aseglio, directeur général du SPF Emploi, Travail et Concertation Sociale dans une réaction à Data News. Ce n'est donc pas interdit, si ce genre d'action s'avère indispensable, mais demander l'accès à un compte Facebook à des fins de promotion, ce n'est pas nécessaire, selon le SPF.

Le plein gré remis en question

Du coup, Aseglio révèle que des entreprises mêmes peuvent agir au moyen d'une page à elles sur Facebook, et que ce genre de pratique contrevient aussi aux conditions du site social, selon lesquelles un profil est quelque chose de personnel.

Ces dernières années, les médias sociaux ont progressivement modifié la relation entre l'employeur et l'employé. Aseglio nous informe du reste que certains juges condamnent même les demandes d'amitié de la part d'employeurs, parce qu'il y a là une certaine forme de pression en raison du rapport d'autorité.

"Devoir céder son login personnel va encore plus loin. Il n'est pas permis qu'un employeur - usant du rapport d'autorité - mette ses collaborateurs sous pression pour exiger qu'ils participent avec leur login Facebook personnel à des objectifs de marketing."

Nos partenaires