Une cyber-attaque gigantesque visant les documents G20

07/03/11 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Source: Datanews

"La plus importante cyber-attaque de l'histoire visant l'Etat français", peut-on lire dans la presse française. Plus de 150 serveurs du ministère français des Finances ont été touchés. Ces attaques ont été découvertes en décembre dernier. Voilà ce qu'a dévoilé l'hebdomadaire français Paris-Match et qui a été confirmé par la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, et par le ministre du Budget, François Baroin. Ces serveurs contenaient des documents du G20, l'assemblée des 19 principales économies nationales et de l'Union européenne. C'est la France qui assure la présidence actuelle du sommet du G20.

Une cyber-attaque gigantesque visant les documents G20

"La plus importante cyber-attaque de l'histoire visant l'Etat français", peut-on lire dans la presse française. Plus de 150 serveurs du ministère français des Finances ont été touchés. Ces attaques ont été découvertes en décembre dernier.

Voilà ce qu'a dévoilé l'hebdomadaire français Paris-Match et qui a été confirmé par la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, et par le ministre du Budget, François Baroin. Ces serveurs contenaient des documents du G20, l'assemblée des 19 principales économies nationales et de l'Union européenne. C'est la France qui assure la présidence actuelle du sommet du G20.

Depuis décembre, des spécialistes auraient travaillé en secret, afin d'enrayer les attaques et de mieux sécuriser les serveurs. Ce week-end encore, plus de 10.000 des 170.000 postes de travail du ministère français des Finances ont été 'nettoyés' et mieux protégés. Ce matin, ils étaient de nouveau opérationnels.

Patrick Pailloux, directeur du service public français en charge de la sécurisation IT ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information), a aussi confirmé que d'autres ministères seraient pris pour cible par les cybercriminels.

L'on ne sait provisoirement encore rien sur les auteurs de ces attaques. Il se dit néanmoins que quelques 'pistes' seraient examinées. Certains médias tournent déjà prudemment leur regard vers le Chine, qui est assez souvent citée dans des affaires de cyber-attaques et de cyber-espionnage.

En savoir plus sur:

Nos partenaires