Une appli qui vient en aide aux personnes souffrant de psoriasis

30/10/15 à 13:20 - Mise à jour à 13:20

Une nouvelle appli est apparue sur le marché en vue d'aider les personnes souffrant de psoriasis à mieux faire face à leur maladie auto-immune.

Une appli qui vient en aide aux personnes souffrant de psoriasis

Client brandissant son iPhone 6S, Apple store de Paro Alto, le 25 septembre 2015 © Reuters

Cette infection incurable se manifeste de manière imprévisible en alternant des périodes de calme relatif avec des apparitions de démangeaisons intenses et/ou d'articulations douloureuses et de gonflements. Moyennant un accompagnement et une réaction adéquate, les patients seraient à même de contrôler l'infection, mais c'est précisément là où le bât blesse. De diverses enquêtes effectuées, il ressortirait en effet que 40 pour cent des patients ne prennent pas correctement leurs médicaments.

L'appli MyPso a été lancée hier jeudi dans le cadre de la Journée Mondiale du Psoriasis en date du 29 octobre. "Le tabou qui entoure le psoriasis doit disparaître. Les maladies de la peau exercent un impact social très important étant donné qu'elles sont très visibles", explique la dermatologue Bernadette Blouard.

MyPso, qui a été développée par LEO Pharma, fonctionne comme une sorte de livre de bord/registre. Les utilisateurs peuvent y noter chaque jour leurs symptômes et les facteurs déclencheurs et obtiennent ainsi une meilleure vision de l'évolution de leur maladie. Ils reçoivent aussi des conseils pratiques à propos de petits changements qui pourraient avoir un impact important sur leur peau et sur leur qualité de vie. L'objectif est que l'application serve aussi de moyen de communication avec le médecin. En outre, l'appli met en contact de manière anonyme les personnes souffrant de psoriasis. "Elles se sentent ainsi davantage entourées. En même temps, l'appli peut aussi inciter certaines personnes à consulter un médecin", affirme le docteur Blouard.

En Belgique, quelque 300.000 personnes souffrent de cette maladie chronique, qui peut être provoquée par trois facteurs: le stress, l'hérédité et l'utilisation d'alcool. (Belga/WK)

En savoir plus sur:

Nos partenaires