Une appli de rencontres dans la ligne de mire, car elle partage le statut VIH des utilisateurs

03/04/18 à 15:27 - Mise à jour à 15:26

L'appli de rencontres Grindr est accusée par un chercheur de ne pas tenir compte de la confidentialité de ses utilisateurs.

Une appli de rencontres dans la ligne de mire, car elle partage le statut VIH des utilisateurs

© Grindr

Grindr est une appli de rencontres bien connue qui cible la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans). Un chercheur norvégien a découvert que l'appli transfère des données sensibles d'utilisateurs à des tiers. Parmi ces informations, on trouve l'âge, l'emplacement, les données téléphoniques, l'adresse e-mail, mais donc aussi si ces personnes souffrent ou non du sida. L'entreprise est à présent dans la ligne de mire des esprits critiques et des utilisateurs.

'Normal dans l'industrie'

"Le statut VIH des utilisateurs de Grindr est partagé tout comme toutes les autres données avec des partenaires de l'appli. C'est là le problème majeur", déclare le chercheur Antoine Pultier au site d'infos BuzzFeed. L'homme se pose publiquement des questions sur le savoir-faire des développeurs de Grindr, du fait que les données en question sont transmises sans cryptage. De cette manière, des pirates pourraient aisément accéder aux données des utilisateurs, après les avoir interceptées.

Grindr se défend dans un communiqué posté sur le site de blogage Tumblr. L'entreprise prétend qu'il est normal dans l'industrie que les données d'utilisateurs soient exploitées à des fins de tests expérimentaux. "Grindr n'a jamais vendu - et elle ne fera jamais - des données sensibles d'utilisateurs à des tiers. Nous ne vendrons pas de données portant sur le statut VIH d'utilisateurs, ou concernant la dernière fois qu'un utilisateur a subi un test", explique le CTO Scott Chen. En outre, l'homme dément le fait que l'entreprise ait transmis des données non-cryptées.

Forum public

Grindr est l'une des rares applis de rencontres qui encourage les utilisateurs à communiquer publiquement sur les infections sexuellement transmissibles. Les utilisateurs peuvent par conséquent choisir de révéler ou non s'ils ont été testés positifs et quand ils ont subi pour la dernière fois un test relatif à des maladies telles le SIDA. C'est en se focalisant sur la santé que Grindr entend gagner la confiance des utilisateurs et ce, depuis sa fondation en 2009.

"Nous comprenons la sensibilité qui entoure le statut VIH", explique Grindr dans son communiqué. De plus, la plate-forme insiste sur le fait qu'il est important de savoir que Grindr est un forum public. Toutes les informations que vous partagez sur votre profil public, peuvent donc être vues par d'autres.

Nos partenaires