Un week-end propice aux rumeurs ICT spectaculaires

07/05/07 à 00:00 - Mise à jour à 06/05/07 à 23:59

Source: Datanews

Un rachat de Yahoo par Microsoft ou IBM qui veut supprimer 150.000 emplois: les rumeurs vont bon train dans le secteur ICT en raison de leur diffusion ultrarapide via l'internet.

Le journal New York Post annonçait vendredi déjà que Microsoft s'intéressait de très près au géant web Yahoo, mais sans citer de source précise. De leur côté, Microsoft et Yahoo s'abstiennent de tout commentaire. Cela n'empêche pas la nouvelle de déferler dans la presse mondiale.Cette situation est due aux prévisions que Microsoft doit gérer en urgence pour égaler Google. Le géant internet a en effet racheté récemment une entreprise publicitaire web, DoubleClick, pour 2 milliards de dollars, ce qui lui permet d'occuper une position de force en matière de publicité lucrative sur le web. Une manoeuvre de rattrapage de la part Microsoft ne passerait que par un gigantesque rachat. Or Yahoo est évaluée à 50 milliards de dollars.On s'attend à un démenti ou à une confirmation officielle de la rumeur. Des nouvelles assez récentes l'ont entre-temps déjà ramenée à l'état de 'possible collaboration étroite' entre les deux entreprises. 150.000 licenciementsLe même genre de message non confirmé évoque une réorginsation en cours chez le géant ICT, IBM. La semaine dernière, 1.300 emplois ont été supprimés dans la division Global Services, mais la nouvelle est loin d'avoir fait la une de la presse. 1.300 personnes sur un personnel total de plus de 350.000: il ne s'agit en effet relativement pas d'une énorme réorganisation.Mais [le 'blogger' Robert X. Cringely] a littéralement mis le feu ce week-end en mentionnant sur son bloc-notes la préoccupation de certains de ses amis qui travaillent chez Big Blue. Selon eux, les 1.300 licenciements s'inscrivent dans un plan nettement plus vaste - baptisé 'LEAN' - envisageant 150.000 suppressions d'emploi. IBM souhaiterait externaliser nettement plus en 'offshore' (comprenez: qu'elle sous-traiterait du travail de routine à des pays à bas salaires). Et d'ajouter qu'une partie de ces personnes licenciées seraient réengagées en qualité de consultant, mais avec un salaire correspondant à 75 pour cent du salaire normal.Cringely donne force détails sur la cuisine interne de Big Blue, mais personne n'a encore reçu la moindre confirmation officielle. Le moulin des rumeurs a donc bien fonctionné ce week-end. L'avenir nous en apprendra sans doute plus...

Nos partenaires