Un Syrien condamné à 2 ans de prison pour avoir piraté le site web de la SNCB

15/02/12 à 13:17 - Mise à jour à 13:17

Source: Datanews

Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné un pirate syrien en séjour illégal en Belgique à une peine de prison effective de deux ans. L'homme s'était introduit par infraction sur plusieurs sites web, dont celui de la société des chemins de fer belges, la SNCB, pour s'emparer de titres de transport gratuits.

Un Syrien condamné à 2 ans de prison pour avoir piraté le site web de la SNCB

Le tribunal correctionnel de Tournai a condamné un pirate syrien en séjour illégal en Belgique à une peine de prison effective de deux ans. L'homme s'était introduit par infraction sur plusieurs sites web, dont celui de la société des chemins de fer belges, la SNCB, pour s'emparer de titres de transport gratuits.

L'accusé avait sous un nom d'emprunt loué une chambre d'hôtel à Tournai. C'est de là qu'il est parvenu à pirater plusieurs sites web, "pour faire parvenir un message à la police", a-t-il expliqué. En mai 2011, ce pirate avait déjà été condamné par le tribunal correctionnel d'Anvers à une peine de prison effective de deux ans pour des faits similaires, et il avait été alors sommé de quitter le territoire belge.

Le Syrien a piraté le site web de la SNCB et a réussi à s'emparer de tickets de train gratuits pour circuler dans tout le pays. La SNCB s'était portée partie civile et exigeait une indemnisation provisoire d'un euro. L'homme est parvenu de la même manière frauduleuse à s'emparer de tickets pour des croisières.

C'est le le 30 novembre 2011, après que le pirate ait acheté un GSM en ligne, qu'il s'est fait arrêter par la police au moment où il venait chercher son colis à la Poste. Il déclara qu'il voulait démontrer que les sites web devaient être mieux sécurisés.

"Ce n'est pas un chevalier blanc qui souhaite mettre en exergue les problèmes d'un système. Il voulait au contraire s'emparer illégalement de marchandises et les revendre dans un but lucratif", a insisté le Procureur du Roi dans son réquisitoire.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires