Un quart des employeurs veulent bloquer Facebook

12/12/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Quasiment la moitié (46 pour cent) des utilisateurs de Facebook surfent aussi sur le site de réseautique pendant les heures de bureau. Voilà ce qui ressort d'une étude réalisée par Vacature & Koppen.

Quasiment la moitié (46 pour cent) des utilisateurs de Facebook surfent aussi sur le site de réseautique pendant les heures de bureau. Voilà ce qui ressort d'une étude réalisée par Vacature & Koppen.

Comme la vogue Facebook commence réellement à déferler sur la Belgique (depuis peu, plus d'1 million de compatriotes y possèdent une page profil), la visite de ce site au travail risque d'augmenter encore dans les mois à venir.

"Il n'étonnera donc pratiquement personne que 23 pour cent des employeurs interrogés pensent à bloquer l'accès à des sites comme Facebook ou Netlog", déclare Marianne Edlund de Vacature. "Si le temps qui y est consacré est encore acceptable pour la plupart des utilisateurs (82 pour cent d'entre eux passent moins d'une demi-heure par jour sur un site social), 14 pour cent des employés passent quand même de 30 à 60 minutes de leur temps de travail sur Facebook/Netlog, et 4 pour cent même plus d'une heure."

Un quart des responsables RH explorent régulièrement les informations des profils de leurs collaborateurs. Lorsque l'un de ceux-ci mentionne des informations négatives sur l'entreprise pour laquelle il travaille, cela peut se traduire par un licenciement dans 15 pour cent des cas. 54 pour cent des responsables RH envisagent au minimum une sanction.

Par ailleurs, les postulants ont aussi tout intérêt à être attentifs à ce qu'ils écrivent sur leur page profil. 34 pour cent des employeurs y effectuent en effet des contrôles. Toute information 'inadaptée' éventuelle peut même avoir comme conséquence qu'un candidat ne soit tout simplement pas retenu (16 pour cent). Et dans 65 pour cent des cas, cela joue dans le choix entre deux candidats de même valeur.

Pour son enquête, Vacature & Koppen s'est adressé à 1.800 employés et à plus de 250 responsables des ressources humaines.

Nos partenaires