Un publiciel nuisible découvert dans des applis pour lampes de poche

08/01/18 à 14:26 - Mise à jour à 14:26

Google a supprimé 22 applis du Play Store car elles intégraient un malware contraignant les utilisateurs à visionner des publicités.

Un publiciel nuisible découvert dans des applis pour lampes de poche

© Getty Images/iStockphoto

Selon l'entreprise de cyber-sécurité Check Point, un nouveau type de publiciel ('adware') circule dans Google Play. Le code, appelé 'LightsOut', était dissimulé dans 22 applis pour lampes de poche et utilitaires et a été téléchargé entre 1,5 et 7,5 millions de fois. Son objectif? Générer du chiffre d'affaires au départ de publicités illégales pour les créateurs du maliciel (malware) et ce, aux dépens des utilisateurs ne soupçonnant rien.

Le script suspect ne permet plus aux utilisateurs de désactiver des publicités. Dans de nombreuses applis, il dissimule aussi sa propre icône pour éviter que les utilisateurs ne tentent de le supprimer. "Il s'agit là d'une activité purement délictueuse, étant donné qu'elle a comme unique but de tromper l'utilisateur", indique Check Point.

Le malware a eu des effets importants pour ceux qui l'ont téléchargé. Certains utilisateurs se voyaient contraints d'ouvrir des publicités avant de pouvoir répondre à des appels ou de pouvoir exécuter d'autres activités sur leur appareil. Un utilisateur a même signalé que l'activité indésirable se poursuivait, même après qu'il ait acheté la version 'ad-free' de l'appli, ce qui fait que l'abus prenait ensuite encore de l'ampleur.

Check Point a averti Google à propos de ces applis nuisibles, après quoi l'entreprise les a retirées de son Play Store. Les récents smartphones incorporent actuellement tous d'origine une fonction de lampe de poche. A l'avenir, il ne sera donc plus nécessaire de télécharger ce genre d'applis.

Il s'agit là de la première mention de malware dans des applis Android cette année, mais ce ne sera certainement pas la dernière. Le fait qu'Android soit le système d'exploitation le plus utilisé au monde, commence à provoquer pas mal d'effets. L'année dernière, Google avait également dû retirer à plusieurs reprises du malware du Play Store.

En savoir plus sur:

Nos partenaires