Un proche de Trump veut remettre en cause la neutralité du net

27/04/17 à 13:16 - Mise à jour à 13:15

Source: Datanews

Le président du régulateur internet américain FCC veut supprimer la neutralité du net telle qu'elle a été introduite sous Obama. Selon lui, cette législation va à l'encontre de l'innovation et de l'emploi. C'est là du moins surtout la version des fournisseurs internet.

Un proche de Trump veut remettre en cause la neutralité du net

Ajit Pai. © REUTERS

Aux Etats-Unis sous la présidence d'Obama, les fournisseurs internet se virent en 2015 interdire de favoriser, contre paiement ou non, certains services au détriment d'autres. Cela signifie que, disons, YouTube, Netflix ou le service de streaming d'un fournisseur internet doit fonctionner de manière aussi fluide et rapide que celui d'un concurrent. Mais cela signifie aussi qu'il n'est pas permis à un acteur nanti de payer pour bénéficier d'un meilleur accès qu'une jeune entreprise par exemple.

Or le nouveau président du FCC, à savoir Ajit Pai nommé par Trump, veut à présent remettre cette neutralité en cause. Selon lui, pareille réglementation serait néfaste pour les investissements et l'emploi, sans préciser toutefois combien et de quels emplois il s'agit.

Dans un discours, il adopte une attitude très patriote: "Voulons-nous un gouvernement qui contrôle internet ou préférons-nous une approche toute en légèreté telle celle existant depuis 1996 jusqu'à la révision en 2015?"

Ce qu'il ne dit pas, c'est que l'internet à la consommation en était en 1996 encore à ses débuts et que des éléments tels la diffusion vidéo, les applis basées 'cloud' et d'autres logiciels lourds n'existaient alors pas ou à peine. Il n'est pas exact non plus d'affirmer que les Etats-Unis contrôlent l'internet depuis 2015. Les sites web et les services sont librement disponibles et c'est précisément la neutralité du net qui garantit cette libre accessibilité. Assez ironiquement, l'une des premières mesures prises par Trump fut de supprimer un tas de données climatiques sur les sites web gouvernementaux.

Si Pai parvient à ses fins, ce sera une bonne nouvelle pour les opérateurs tels Verizon, Comcast et AT&T. Outre le fait d'empocher l'argent des abonnés, ils pourront aussi passer à la caisse auprès des acteurs internet. Le fait est que les acteurs internet en vue comme Alphabet (Google) et Facebook ont déjà affirmé que la neutralité du net va à l'encontre de la consommation et de l'innovation. Ils devraient en effet verser un supplément pour bénéficier d'un meilleur accès au net.

Pai aspire à un premier vote le 18 mai déjà. Mais les règles ne deviendront définitives que si le FCC sollicite les commentaires du grand public. La réglementation risque donc de se faire attendre quelques mois encore.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos