Uber se retire du Danemark

29/03/17 à 17:07 - Mise à jour à 30/03/17 à 09:45

A partir du 18 avril, le service de taxi n'opèrera plus au Danemark. Selon l'entreprise, cette décision résulte de l'introduction de lois plus strictes en matière de taxis.

Uber se retire du Danemark

© REUTERS

Selon la nouvelle réglementation, tous les taxis danois doivent être équipés de capteurs pour sièges, de taximètres et de la vidéosurveillance. Uber n'était pas d'accord et a donc décidé après moins de trois ans d'activité d'interrompre ses services dans ce pays. Un conducteur d'Uber a récemment encore été condamné par un tribunal danois, parce qu'il ne possédait pas de permis de chauffeur de taxi et que son véhicule n'était pas enregistré comme taxi.

Le Danemark n'est pas le seul pays européen, où Uber éprouve des difficultés. Les chauffeurs de taxi classiques accusent l'entreprise depuis des années déjà de concurrence déloyale, du fait qu'elle ne respecterait pas la réglementation. Uberpop, le service à bas prix d'Uber utilisant des conducteurs non professionnels, a déjà fait l'objet d'une interdiction par des tribunaux en Espagne, Italie, Belgique, Allemagne et aux Pays-Bas.

Uber attend aussi un jugement de la Cour européenne de Justice quant à la façon dont l'entreprise doit être classifiée sur le sol européen: en tant que service de taxi ou de plate-forme numérique. Si la Cour de Justice décide qu'il s'agit d'un service de transport, l'entreprise devra, tout comme une société de taxi traditionnelle, satisfaire à la réglementation existante dans le domaine. Et si elle est considérée comme une plate-forme numérique qui ne fait que mettre des chauffeurs et des passagers en contact, elle sera autorisée à proposer ses services partout. Ce jugement déterminera donc en grande partie si Uber pourra poursuivre ou non ses activités sous la même forme sur le sol européen.

En outre, l'entreprise est ces derniers temps aux prises avec d'autres éléments négatifs comme le crash d'une de ses voitures autonomes, des accusations d'intimidation sexuelle sur le lieu de travail, ainsi qu'un programme secret lui permettant d'échapper aux contrôles policiers.

En savoir plus sur:

Nos partenaires