Test-Achats met les opérateurs en demeure parce qu'ils enfreignent la loi télécoms

30/05/13 à 13:20 - Mise à jour à 13:20

Source: Datanews

Test-Achats met plusieurs opérateurs télécoms en demeure, parce que, selon l'organisation de défense des consommateurs, ils ne respectent pas la nouvelle loi télécoms.

Test-Achats met les opérateurs en demeure parce qu'ils enfreignent la loi télécoms

© Belga

Test-Achats met plusieurs opérateurs télécoms en demeure, parce que, selon l'organisation de défense des consommateurs, ils ne respectent pas la nouvelle loi télécoms. Belgacom et Mobistar notamment compliqueraient la vie des clients qui souhaitent passer à la concurrence, apprend-on. L'organisation compte sur le soutien du ministre en charge des consommateurs, Johan Vande Lanotte.

La nouvelle loi télécoms est entrée en vigueur le 1er octobre 2012 et permet aux consommateurs de quitter gratuitement leur opérateur télécoms au bout de six mois, sans devoir lui donner la moindre raison. "L'opérateur doit alors clôturer le contrat avec le client dans les plus brefs délais et lui envoyer une confirmation", explique Ivo Mechels, porte-parole de Test-Achats.

Plaintes

L'organisation de défense des consommateurs déclare cependant continuer de recevoir beaucoup de plaintes, surtout à propos de Belgacom, Proximus (l'opérateur GSM de Belgacom), Billi, Mobistar et Voo. Test-Achats les met donc en demeure.

Selon Mechels, certains opérateurs estiment à tort que le consommateur doit encore respecter un délai de résiliation de 30 jours, ou laissent le client dans l'incertitude quant à ses droits. Par cette mise en demeure, l'organisation espère que les opérateurs cesseront ces "pratiques abusives". Si tel n'est pas le cas, Test-Achats brandit la menace d'aller en justice.

IBPT

"Même si j'espère que cela n'ira pas jusque là", déclare Mechels. Il compte ici sur la pression exercée par le régulateur télécoms IBPT et par le ministre des consommateurs Johan Vande Lanotte.

Dans une brève réaction, Belgacom affirme toujours respecter la loi télécoms. "Nous allons voir ce que contient la mise en demeure", déclare la porte-parole Frédérique Verbiest. Il en va de même chez Mobistar, où la mise en demeure n'est pas encore arrivée. Ici aussi, la porte-parole Patti Verdoodt dit vouloir attendre et examiner le contenu précis de la mise en demeure.

Le service clientèle s'est dit étonné, selon elle. Surtout pour ce qui est des services fixes, Mobistar prétend ne pas s'opposer aux clients qui veulent s'en aller. Plus tôt ce mois-ci, l'entreprise avait annoncé vouloir interrompre la vente de la téléphonie fixe, de l'internet fixe et de la TV numérique. (Belga/EE)

Nos partenaires