Telenet candidate pour une quatrième licence GSM

19/05/08 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

Telenet est candidate pour devenir le quatrième opérateur mobile de Belgique, après Proximus, Mobistar et Base. Telenet l'avait déjà annoncé lors d'une présentation privée à destination des investisseurs, et son patron, Duco Sickinghe, a confirmé la nouvelle en marge d'un 'roadshow' à New York, peut-on lire sur le site du journal De Standaard.

Telenet est candidate pour devenir le quatrième opérateur mobile de Belgique, après Proximus, Mobistar et Base. Telenet l'avait déjà annoncé lors d'une présentation privée à destination des investisseurs, et son patron, Duco Sickinghe, a confirmé la nouvelle en marge d'un 'roadshow' à New York, peut-on lire sur le site du journal De Standaard.

Telenet est surtout connue comme câblo-opérateur proposant la téléphonie vocale fixe, l'internet à haut débit et la télévision numérique interactive. Mais depuis deux ans, l'entreprise est également active comme opérateur mobile 'virtuel' avec quelques dizaines de milliers de clients GSM qui appellent via le réseau de l'entreprise partenaire Mobistar. La collaboration entre les deux sociétés a cependant pris un coup de froid ces derniers mois, entre autres parce que Mobistar a lancé sur le marché de nouvelles formules concurrençant la téléphonie fixe et l'offre internet de Telenet.

Sickinghe met à présent sur la sellette la collaboration exclusive avec Mobistar. Et de citer la possibilité non seulement d'un réseau GSM propre, mais aussi d'une alliance avec le troisième opérateur, Base. Le patron de Telenet ne souhaite provisoirement pas dire s'il y a déjà eu ou non un accord de collaboration avec Base. Il souligne toutefois vouloir conserver la collaboration existante avec Mobistar.

On ne sait par ailleurs pas encore clairement si une quatrième licence mobile sera accordée dans notre pays. La décision en la matière dépend du gouvernement, mais une enquête de marché commanditée, l'an dernier, par le régulateur fédéral, l'IBPT, indiquait le peu d'intérêt en la matière.

Nos partenaires