TE Connectivity veut vendre certaines de ses divisions

11/02/15 à 17:32 - Mise à jour à 17:32

Source: Datanews

CommScope envisage de racheter trois divisions de TE Connectivity. L'opération est estimée à trois milliards de dollars et aura probablement un impact sur le personnel belge.

TE Connectivity veut vendre certaines de ses divisions

. © .

Telecom, Enterprise et Wireless, ces trois divisions passeront à terme entre les mains de CommScope, qui entend ainsi renforcer sa position sur le marché et se tourner vers d'autres segments proches. En même temps, l'entreprise vise une synergie annuelle d'une valeur de 150 millions de dollars d'ici quelques années.

Ces trois divisions génèrent un chiffre d'affaires conjoint d'1,9 milliard de dollars. L'on s'attend à ce que le rachat ajoute quelque vingt pour cent au gain corrigé par action de CommScope.

Kessel-Lo

TE Connectivity possède des filiales à Kessel-Lo (Louvain) et à Oostkamp. La première occupe six cents personnes environ, qui s'occupent essentiellement de l'activité télécom. Il y a donc un risque important que le rachat impacte cette filiale.

Chez TE Connectivity, l'on insiste cependant sur le fait qu'il est encore trop tôt pour faire des déclarations concrètes. "L'intention de rachat a été annoncée, et des équipes d'intégration sont à présent en train d'être constituées. L'objectif est d'entériner la reprise d'ici la fin de l'année", déclare le directeur marketing Piet Symons à notre rédaction.

Symons ne souhaite pas encore s'exprimer aujourd'hui sur le fait que des emplois pourraient être déplacés et combien. "Actuellement, il est encore trop tôt pour dire si un seul des six cents emplois sera affecté", affirme-t-il. Le siège central de la division télécom se trouve en Belgique, mais les activités télécoms sont réparties au niveau mondial, à raison d'un tiers en Europe, d'un tiers aux Etats-Unis et d'un tiers en Asie, essentiellement en Chine. Quant à la filiale d'Oostkamp, elle est active dans le secteur automobile et n'est donc pas concernée par l'accord conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires