"Swift va licencier 300 personnes dans les 2 années à venir"

16/09/09 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Swift, en charge du trafic des données entre banques, va très progressivement se séparer de 300 collaborateurs au cours des deux prochaines années dans notre pays. Voilà ce que déclarent du moins les représentants syndicaux CNE.

Swift, en charge du trafic des données entre banques, va très progressivement se séparer de 300 collaborateurs au cours des deux prochaines années dans notre pays. Voilà ce que déclarent du moins les représentants syndicaux CNE.

Swift, qui dispose en Belgique d'une filiale à La Hulpe, envisage depuis le printemps déjà une restructuration en vue de repartir du bon pied. Initialement, l'entreprise évoquait des économies de l'ordre de 50 millions d'euros et ce, autant que possible via des départs naturels. "Mais aujourd'hui, il semble que le montant des économies sera de 120 millions d'euros et que le personnel en Belgique se verra amputer de 300 unités au cours des deux prochaines années", annonce le syndicat CNE. "De plus et en vue d'éviter l'application de la 'loi Renault', ces licenciements se feront au compte-gouttes."

La CNE regrette cette attitude et affirme même que la "situation financière de l'entreprise n'incite pas à des actions de cette envergure". Elle ajoute encore que d'autres pistes n'ont pas été explorées (limitation du temps de travail, départs volontaires) et que "l'échec de l'offshoring des années précédentes est ignoré, alors que c'était là une opportunité de ramener de l'activité au sein de l'entreprise et de sauver ainsi des emplois." Quant aux énormes bonus attribués à la direction, ils sont toujours bien d'actualité. Toute cette situation provoque un stress superflu au sein du personnel, toujours selon la CNE.

Dans notre pays 1.200 personnes travaillent pour Swift. L'entreprise n'a provisoirement pas réagi à nos coups de téléphone.

Nos partenaires