Swift qualifie les déclarations syndicales de non-fondées

18/09/09 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Datanews

Le message lancé par les syndicats de Swift à La Hulpe, selon lequel 300 emplois passeraient à la trappe en Belgique, n'est pas fondé, déclare l'entreprise par voie d'un communiqué de presse.

Le message lancé par les syndicats de Swift à La Hulpe, selon lequel 300 emplois passeraient à la trappe en Belgique, n'est pas fondé, déclare l'entreprise par voie d'un communiqué de presse.

Swift s'est elle-même fixé comme objectif d'économiser 90 millions d'euros sur ses frais d'ici 2011. "La mention d'un montant de 120 millions d'euros n'est pas correcte", peut-on lire. La réduction de coûts globale ne pourra, selon l'entreprise, être obtenue sans réduire la masse salariale.

"D'ici 2011, Swift devra diminuer son nombre total d'équivalents temps plein de 20 pour cent. Swift prendra dans ce but une série de mesures, comme un gel des engagements, une réduction de l'emploi temporaire et contractuel, la prépension, les départs naturels et les licenciements. En fonction de ces différents paramètres, Swift ne sait pas aujourd'hui avec exactitude combien de membres du personnel seront licenciés", indique le communiqué de presse.

Tout message mentionnant que Swift tente de contourner les règlements légaux belges, n'est pas correct non plus, selon l'entreprise. Swift insiste sur le fait qu'elle "mène et continuera de mener un dialogue ouvert et constructif avec son conseil d'entreprise et les syndicats".

Au syndicat CNE, on fronce les sourcils à la lecture de la réaction de Swift. "Nous avons des preuves qui étaient nos déclarations", y déclare-t-on.

Source: Belga

Nos partenaires