Succès... cinq étoiles basé sur l'expertise terrestre

20/09/11 à 12:41 - Mise à jour à 12:41

Source: Datanews

Des astronomes de la KULeuven réussissent régulièrement des primeurs avec des données du télescope spatial européen Herschel, grâce à leur expertise en matière de traitement des données et de calibration.

Succès... cinq étoiles basé sur l'expertise terrestre

Des astronomes de la KULeuven réussissent régulièrement des primeurs avec des données du télescope spatial européen Herschel, grâce à leur expertise en matière de traitement des données et de calibration.

L'observatoire européen 'Herschel Space'- le plus grand télescope spatial existant avec son miroir de 3,5 m - dispose pour ses observations notamment de l'instrument PACS qui a été développé et construit en partie en Belgique. En tant que co-chercheur principal, il garantit aux scientifiques de l'Institute of Astronomy de la KULeuven une durée d'observation très prisée sur ce télescope, ce qui s'est déjà traduit par des publications basées sur les résultats (les premiers déjà) depuis le début de la phase opérationnelle en 2009. Récemment encore, l'Institut a réussi à découvrir des anneaux de poussières extrêmement froids autour d'une étoile géante, CW Leo.

Cela ne fut possible que grâce à une implication approfondie de l'instrument PACS, dès le début du développement de Herschel, en matière d'analyse des données et de logiciel de calibration. C'est ainsi qu'on a travaillé sur les concepts de calibration, les installations de traitement des données, l'infrastructure de traitement, les 'data processing pipelines' et les outils d'analyse interactive. Ceux-ci ont été et sont continuellement ajustés au fil de l'ensemble du projet, de manière à faire reculer les limites des possibilités d'observation.

La KULeuven n'en était d'ailleurs pas ainsi à son coup d'essai, car dans ces domaines, elle a aussi déjà collaboré à un télescope spatial infrarouge, l'ISO (Infrared Space Observatory) ainsi qu'à un télescope spatial de photométrie précise, COROT. En outre, l'Institut travaille également sur le software destiné aux instruments sur son propre télescope, le Mercator d'1,2 mètre installé à La Palma.

En savoir plus sur:

Nos partenaires