Start2Surf ne fait pas (encore) mieux que son prédécesseur infructueux

23/09/10 à 11:45 - Mise à jour à 11:45

Source: Datanews

La version améliorée du programme 'Internet pour Tous', ce n'est provisoirement pas encore Start2Surf.

Start2Surf ne fait pas (encore) mieux que son prédécesseur infructueux

La version améliorée du programme 'Internet pour Tous', ce n'est provisoirement pas encore Start2Surf. Sur le plan des chiffres - 30.000 packs vendus pour l'instant -, ce projet du ministre de l'ICT, Vincent Van Quickenborne, n'atteint même pas encore le niveau de son prédécesseur qui fut un échec.

Comme on le sait, Start2Surf est le projet lancé l'année dernière par Van Quickenborne en vue d'aider à réduire la fracture numérique. Il se compose de trois volets. Via Start2Surf@home, les utilisateurs peuvent acquérir un pack bon marché constitué d'un PC avec connexion internet (à partir de 349 euros, en ce compris un avantage fiscal) et reçoivent en sus une brève formation PC et internet. Start2Surf PC Bonus entend aider les travailleurs aux revenus modestes à s'acheter un ordinateur, sans en supporter eux-mêmes le coût. Leur employeur le leur rembourse à hauteur de 760 euros (TVA incluse), un avantage exonéré d'impôts. Pour sa part, PC Recup vient d'être déployé, afin de recycler les anciens PC des services publics et des entreprises et de les remettre dans le circuit à des prix très abordables.

Start2Surf devait faire beaucoup mieux que son prédécesseur controversé 'Internet pour tous' de l'ex-ministre de l'informatisation, Peter Vanvelthoven. Dans le cadre de ce programme, un peu moins de 40.000 packs ont été vendus, alors que l'objectif de Start2Surf était d'aider 100.000 personnes à acquérir un PC avec internet.

Dans le journal De Morgen, le cabinet Van Quickenborne est encore parvenu à faire passer de manière positive le nombre de 30.000 nouveaux internautes. Pourtant, ce nombre n'est-il pas plus de trois fois inférieur aux 100.000 visés l'an dernier? Arne Vandendriessche, porte-parole de Van Quickenborne, donne à sa réaction une tournure pour le moins créative: "Le projet de Vanvelthoven n'a généré la vente que de 25.000 packs. Mais avec les ventes d'appoint (autres appareils vendus, périphériques et abonnements internet) et avec les suites du projet, ce nombre a quasiment doublé. C'est ce que nous faisons aussi, comme nous l'avons toujours dit. Nous avons à présent écoulé 30.000 packs. Le programme se poursuit encore jusqu'en novembre et entre-temps, nous avons également mis en oeuvre une campagne radio, ce qui entraînera un pic dans les ventes. Si l'on double encore ce nombre, l'on arrivera quasiment à 100.000."

Selon Vandendriessche, une seconde explication - plus logique -, c'est que les chiffres publiés ne concernent que Start2Surf@home: "Les chiffres de PC Bonus ne sont pas encore connus. Ce programme se poursuit encore tout un temps. Et comme PC Recup vient d'être lancé, nous allons ici aussi écouler des packs supplémentaires."

Pas question de profiter Indépendamment des calculs créatifs, les mérites de Start2Surf pourraient se mesurer aussi en fonction du groupe-cible effectivement atteint. L'un des points faibles d'Internet pour Tous était en effet que les seniors, les personnes socialement et économiquement plus faibles n'étaient en fait pas atteints. A l'époque, c'était surtout le marché du remplacement qui était ciblé par le programme, à savoir les gens qui remplaçaient un abonnement PC avec internet existant ou qui s'achetaient un deuxième exemplaire, subsidié celui-là.

Selon Vandendriessche, le groupe cible est cette fois bien atteint: "Selon les chiffres que nous obtenons des opérateurs, quasiment tous ceux et toutes celles qui ont acquis un pack, ont également suivi la formation PC et internet gratuite. A l'expiration de la période internet gratuite, ils/elles sollicitent également dans de nombreux cas un abonnement internet, ce qui signifie quand même qu'il s'agit surtout de personnes qui ont pu bénéficier pour la première fois d'une connexion internet grâce à Start2Surf?" Et de conclure très facilement qu'il s'agit surtout de seniors et de personnes socialement plus faibles: "Il n'est donc pas question de profiter." Vandendriessche admet cependant qu'aucune enquête ou sondage n'a été fait de la part du cabinet lui-même.

Et alors? Supposons que Start2Surf soit également un échec, que se passera-t-il ensuite? Selon le parlementaire fédéral CD&V Roel Deseyn, à la vente de ce genre de packs, une réduction directe sur la facture serait nettement plus efficace: "Une réduction sur la facture attirerait nettement plus de gens qu'une promesse de crédit fiscal dans les deux ans, et ce pour les personnes aisées ou non qui ont tout apprendre de l'informatique." Une réduction directe devrait aussi aider à éliminer un autre obstacle, selon Deseyn, "à savoir le remplissage de la déclaration d'impôts. Cette action servirait en effet principalement les plus de 60 ans hésitants. Or les pensionnés ne doivent plus remplir de déclaration fiscale, puisque cela a été automatisé. Nous dépensons donc d'abord de l'argent pour rendre superflu le remplissage de la déclaration d'impôts par les pensionnés. Et ensuite, le ministre de la simplification administrative lance une mesure, par laquelle ces pensionnés doivent de nouveau remplir leur déclaration fiscale, s'ils veulent bénéficier de la réduction..."

Dirk De Jonghe, ex-président de l'association belge des vendeurs de PC, BCD, récemment disparue, est surtout élogieux pour le modèle néerlandais en la matière: "Aux Pays-Bas, il faut d'abord suivre une formation. Quand vous obtenez l'attestation finale, vous avez le droit de bénéficier d'un avantage financier lors de l'achat d'un PC. C'est nettement plus efficace, selon moi." Pour De Jonghe, la formation est la clé de la réduction de la fracture numérique. "Pourquoi ne le faisons-nous pas par exemple via un canal TV (éventuellement numérique)? L'on atteindrait ainsi un large public, y compris les seniors."

Nos partenaires