SOPA et PIPA sous pression

19/01/12 à 16:33 - Mise à jour à 16:33

Source: Datanews

Les lois anti-piratage américaines SOPA et PIPA ne sont plus aussi soutenues après la vague de protestations.

SOPA et PIPA sous pression

Les lois anti-piratage américaines SOPA et PIPA ne sont plus aussi soutenues après la vague de protestations.

Suite aux actions de Google et de Wikipedia - dont l'édition anglaise a été inaccessible pendant 24 heures - et aux protestations de pionniers du web tels Tim Berners Lee, l'appui politique accordé aux lois anti-piratage américaines semble s'effriter. Et cela vaut tout autant pour SOPA (Stop Online Privacy Act) qui se trouve pour l'instant à la chambre américaine des représentants, que pour PIPA (Protect IP Act) qui se trouve, elle, au sénat.

Au sénat, un co-instigateur de la loi PIPA, Marco Rubio (Républicain de Floride) a même renoncé à son soutien et a demandé "à disposer de plus de temps pour répondre aux préoccupations" et "pour élaborer une nouvelle loi en matière de piratage internet, qui prévoit la protection d'un accès libre et ouverte au net". A la chambre des représentants, un autre instigateur, Lee Terry (Républicain du Nebraska) a également retiré son soutien. Même un jusqu'au-boutiste comme le sénateur Orrin Hatch (Républicain de l'Utah), qui avait autrefois proposé de déclarer illégaux tous les outils permettant le copiage, ne soutient plus la loi SOPA et l'a qualifiée de "finie". Il est manifeste que les politiciens sont harcelés par les initiatives des sites web, qui ont créé des canaux par lesquels il est possible de s'adresser aux représentants et aux sénateurs. Tout particulièrement la volonté éventuelle de fermer des sites web provoque une énorme résistance. Par ailleurs, même la Maison Blanche a émis des réserves quant aux aspects de censure possibles de ces lois, ce qui a suscité notamment une réaction acerbe du magnat de la presse, Rupert Murdoch, sur Twitter à l'encontre de la Maison Blanche.

Les défenseurs de ces lois - Motion Picture Association of America en tête - continuent entre-temps d'exiger que des mesures soient prises contre la diffusion de la propriété intellectuelle sur internet.

En savoir plus sur:

Nos partenaires