Slim renoncera-t-il au combat pour KPN?

30/08/13 à 13:07 - Mise à jour à 13:07

Source: Datanews

America Movil serait prêt à retirer son offre sur l'opérateur télécom néerlandais KPN. L'entreprise du Mexicain milliardaire Carlos Slim réagit ainsi au blocus imposé par la Stichting KPN.

Slim renoncera-t-il au combat pour KPN?

America Movil serait prêt à retirer son offre sur l'opérateur télécom néerlandais KPN. L'entreprise du Mexicain milliardaire Carlos Slim réagit ainsi au blocus imposé par la Stichting KPN. Plus tôt cette semaine, une fondation spéciale, liée à KPN dressait une espèce de mur de protection contre l'offre d'America Movil. Cela se faisait en levant une option par laquelle la fondation recevait 50 pour cent des actions et pouvait reprendre la direction de l'entreprise. La tentative des Mexicains de prendre une participation majoritaire dans KPN est donc ainsi provisoirement bloquée.

La Stichting KPN se fait, à l'entendre, du souci à propos des conséquences que le rachat 'hostile' de KPN pourrait avoir sur l'emploi, la compétitivité et le cap stratégique suivi par l'opérateur historique néerlandais.

Il n'empêche que la Stichting laisse encore la porte un peu entrouverte. Elle n'envisage en effet pas de conserver les actions nouvellement acquises, ce qui permettrait quand même à America Movil de les obtenir, si l'entreprise est prête à 's'asseoir autour de la table' (comprenez: avec de meilleures conditions).

Dans une réaction, America Movil réfute ces objections, mais se dit quand même prête à retirer son offre sur KPN. Cela pourrait vouloir dire que Slim ne souhaite pas proposer de meilleures conditions et qu'il ne veut pas se mettre la pression.

Le géant télécom mexicain détient quasiment 30 pour cent de KPN et avait début août lancé une offre d'un montant de 7,2 milliards d'euros sur le reste de l'entreprise.

Cette démarche faisait suite à l'annonce de la direction de KPN de revendre sa filiale allemande E-Plus (l'un des bijoux de la couronne de KNP) pour 8 milliards d'euros à l'espagnole Telefonica.

Initialement, Slim voulait empêcher cette vente, parce qu'il avait besoin d'E-Plus pour s'ancrer plus profondément en Europe. Slim entend en effet concurrencer sur son propre terrain son ennemi juré Telefonica, qui se distingue en Amérique du Sud.

Mais en fin de compte, il donna quand même son accord pour la vente, mais à un prix plus élevé et négocié par lui (8,55 milliards d'euros). A présent que la vente d'E-Plus à Telefonica semble pouvoir se faire, KPN s'avère évidemment nettement moins intéressante pour Slim. Voilà qui explique aussi un peu la nouvelle selon laquelle il souhaite retirer son offre, si la Stichting KPN campe sur ses positions.

Une conférence de presse de la Stichting KPN est prévue à 11 heures. Les actionnaires ont réagi avec déception à la nouvelle du blocus. L'action KPN a déjà perdu quelque 6 pour cent.






En savoir plus sur:

Nos partenaires