Slack recueille 250 millions de dollars auprès d'investisseurs

19/09/17 à 13:24 - Mise à jour à 13:23

Source: Datanews

Slack, l'entreprise à l'initiative de l'application de messagerie bureautique éponyme, récolte 250 millions de dollars dans le cadre d'une nouvelle phase de capitalisation. Ce qui est étonnant ici, c'est la participation prise par la japonaise SoftBank dans la firme.

Slack recueille 250 millions de dollars auprès d'investisseurs

. © .

Dans une nouvelle phase de capitalisation, Slack reçoit 250 millions de dollars de la part d'investisseurs. La petite entreprise à l'initiative de l'appli de messagerie de bureau voit ainsi sa valeur marchande estimée désormais à quelque cinq milliards de dollars. Le principal investisseur n'est autre que la japonaise SoftBank, mais le capital-risqueur Accel apporte lui aussi sa pierre à l'édifice. Slack est surtout connue pour son appli de clavardage (chat) populaire pour environnements de bureau, joliment qualifiée de 'logiciel collaboratif'.

Ce qui est intéressant à savoir, c'est que l'entreprise ne semble pas vraiment avoir besoin de cet argent. Selon le Financial Times, l'éditeur de software n'a même pas encore dépensé l'argent recueilli lors des phases d'investissement précédentes. A l'entendre, Slack entend surtout avoir de l'argent en caisse à des fins de 'flexibilité d'exploitation'. Elle bénéficierait ainsi d'une plus grande marche de manoeuvre pour passer à la vitesse supérieure et ainsi couper l'herbe sous le pied à la concurrence.

Avec cette phase de capitalisation, Slack devient aussi l'une des premières entreprises à obtenir de l'argent du fonds technologique de SoftBank. Ce groupe japonais, qui s'est fait connaître avec ses petits robots footballeurs, a créé un fonds de 100 milliards de dollars à investir spécifiquement dans des startups technologiques, dont pas mal se trouvent dans la Silicon Valley.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos