Sitel va licencier 60 personnes

17/07/09 à 04:00 - Mise à jour à 03:59

Source: Datanews

Selon Robert Veekman, un représentant du syndicat LBC, la direction de Sitel tente la manière forte et ne respecte pas la concertation, en ayant mis fin unilatéralement à la phase d'information et de consultation, prévue dans le cadre de la suppression de 60 emplois dans son call-center de Diegem.

Selon Robert Veekman, un représentant du syndicat LBC, la direction de Sitel tente la manière forte et ne respecte pas la concertation, en ayant mis fin unilatéralement à la phase d'information et de consultation, prévue dans le cadre de la suppression de 60 emplois dans son call-center de Diegem.

Le représentant syndical dément par ailleurs que les représentants du personnel aient présenté de nouvelles revendications juste avant la date fixée pour clôturer cette première phase de la procédure, soit le 15 juillet, comme l'a affirmé la direction de l'entreprise dans un communiqué.

"Nous avons eu une réunion jeudi avec la direction au cours de laquelle nous avons clairement exprimé le fait que celle-ci n'avait pas répondu à toutes nos questions", explique M. Veekman. "L'une de nos questions était de savoir si parmi les salariés qui travaillent pour Nokia et Linksys (qui ont mis fin à leur contrat avec Sitel, ndlr), il n'y avait pas de candidat au départ volontaire", ajoute-t-il.

Toujours selon le syndicaliste, la direction s'y est catégoriquement opposé. "Nous avons indiqué que dans ces conditions il était impossible de clôturer la première phase de la procédure", poursuit-il. La direction a ensuite décidé de mettre fin à la concertation.

Selon les syndicats, Sitel cherche à passer en force et l'attitude de la direction belge reflète celle du groupe à l'étranger, notamment en France et aux Pays-Bas, où existent des tensions sociales. Les syndicats examinent en ce moment les actions qu'ils pourraient envisager. Le dépôt d'une plainte pour non-respect de la loi-Renault n'est pas exclue.

Source: Belga

Nos partenaires