Sickinghe et Berckmoes vont créer leur propre entreprise

10/06/13 à 16:25 - Mise à jour à 16:25

Source: Datanews

Renaat Berckmoes quitte Telenet pour rejoindre son ex-patron, Duco Sickinghe. Conjointement, ils vont fonder une nouvelle entreprise qui s'appellera Fortino.

Sickinghe et Berckmoes vont créer leur propre entreprise

Renaat Berckmoes quitte Telenet pour rejoindre son ex-patron, Duco Sickinghe. Conjointement, ils vont fonder une nouvelle entreprise qui s'appellera Fortino.

"Je vais créer une nouvelle entreprise conjointement avec Duco (Sickinghe, ndlr)," déclare Berckmoes. "Nous allons accompagner de jeunes entrepreneurs, pas vraiment des entreprises débutantes. Cela n'aura donc rien à voir avec Greenfield ou du capital-risque, mais nous ciblerons plutôt les PME qui sont actives depuis un petit temps déjà et qui se trouvent dans une sorte de phase de transition."

Le duo entend partager sa connaissance avec d'autres. "Nous observons qu'en Belgique, il y a un plus grand besoin d'entrepreneurs. Nous possédons ensemble pas mal d'expérience commerciale et financière et nous avons démontré que nous pouvons trouver un juste équilibre entre les intérêts de toutes les parties."

L'ex-CFO souhaite insister sur le fait que son départ n'a rien à voir avec l'arrivée du nouveau directeur, John Porter: "Quand Duco est parti, cela a eu un effet de catalyseur sur moi. J'ai collaboré 12 ans avec lui et une grande complicité s'était installée entre nous au fil des années."

Pas de télécoms, mais bien de la technologie

A l'entendre, le duo n'aboutira "très probablement pas" dans le secteur télécoms: "Nous ne nous limiterons pas à la Belgique, et les télécoms ne seront pas notre objectif principal, au contraire de l'angle technologique. La technologie est importante dans notre vie et le restera."

Berckmoes compare ses années passées chez Telenet comme une aventure avec de beaux moments et d'autres plus tendus: "En 2001-2002, il était affreusement malaisé de trouver de l'argent pour les télécoms, le câble et l'ICT, surtout pour ces deux derniers. Heureusement, nous avons rencontré plusieurs banquiers qui ont accepté de collaborer au projet."

Nos partenaires