SEN mise sur 'unified communications'

15/10/08 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Datanews

Siemens Enterprise Communications a présenté la toute première solution 'mobile unified communications' bout à bout.

Siemens Enterprise Communications a présenté la toute première solution 'mobile unified communications' bout à bout.

Le salon télécom spécialisé Voicecon d'Amsterdam est tout entier consacré à 'unified communications'. Siemens Enterprise Communications (SEN) profite de l'occasion pour présenter ce qu'elle qualifie de toute première solution 'end-to-end' destinée à offrir les avantages d''unified communications' au GSM.

"En soi, chaque élément n'est pas neuf", déclare Marcus Birkl, vice-président des solutions HiPath Wireless. "C'est la combinaison de tous ces éléments qui constitue une primeur." A relever quand même entre autres l'ajout de HiPath Wireless WLAN (802.11n) et la possibilité d'économiser l'énergie via Power over Ethernet (POE).

Mais SEN vante surtout la 'Fixed Mobile Convergence' (FMC) à présent ajoutée à l'offre Openscape unified communications (UC). A condition de disposer d'un 'dual phone', les utilisateurs peuvent ainsi basculer automatiquement et impeccablement entre une communication sur réseau IP et la connexion WLAN. Tant les appareils Symbian, téléphones intelligents Nokia, appareils Windows Mobile que les Blackberry peuvent être intégrés au réseau via un client sur le GSM.

Selon Marcus Birkl, la technologie WLAN est largement mature, et il ne fait aucun doute que WiFi deviendra LE standard de tout ce qui est mobile. "D'ici 1 à 2 ans, nous nous attendons à ce que WiFi soit une fonction standard sur les GSM 'business'. Le gros avantage pour les entreprises, c'est qu'elles pourront ainsi reprendre le contrôle de la facture télécom globale", conclut Marcus Birkl. SEN y distingue même un tout nouveau marché 'mobile unified communications'.

Lors d'un discours thématique prononcé au salon Voicecon, Gerhard Otterbach, 'chief market operations officer' chez SEN, s'est par ailleurs déclaré très satisfait de la récente co-entreprise conclue avec Gores qui possède à présent 51 pour cent de SEN. "Grâce à ce puissant partenaire, c'en est fini de deux années d'incertitude. Place à présent à un environnement stable. Je peux vous assurer que ce ne fut pas simple de prendre des décisions au sein du conseil d'administration, où l'actionnaire crie en permanence qu'une vente s'avère nécessaire", a-t-il ajouté en guise de critique ouverte.

Pas de conséquence pour la BelgiqueVincent Simonart, CEO de SEN Belux, est ravi aussi de l'arrivée de Gores. Il ne s'attend pas dans l'immédiat à ce que cela ait des conséquences pour la Belgique, même s'il reconnaît qu'il faudra aborder à terme le cas RealDolmen, l'intégrateur dans lequel Gores est également actionnaire. RealDolmen distribue par exemple les solutions 'unified communications' de NEC Philips. "Mais peut-être peut-on en arriver à une situation 'win-win', de laquelle tant RealDolmen que SEN en sortiront renforcés", espère Simonart.

Nos partenaires